À 13 ans, ce jeune trisomique a été violé dans la classe par un membre du personnel d’un centre scolaire spécialisé.

295

En 2017, des statistiques qui font froid dans le dos viennent d’être dévoilées concernant les viols par une étude très sérieuse menée à travers le pays. En Afrique du Sud, le nombre d’agressions sexuelles et de viols ont explosé, d’après Amnesty International. Nos confrères du Point ont annoncé récemment que l’Afrique du Sud a hélas le “triste record mondial” concernant les cas de viols. Ses situations choquantes touchent également les personnes handicapées. L’histoire que nous allons vous décrire met en avant le calvaire qu’a vécu un jeune adolescent de 13 ans. Ce dernier a été victime de viol au sein de son école spécialisée de Johannesburg.

Un membre du personnel aurait violé un garçon de 13 ans atteint du trisomie 21. Cet acte ignoble a été commis au sein de la classe de son école, selon ses dires.

Le garçon a dit à sa mère qu’il avait été enfermé dans la classe plus tôt ce mois-ci dans une école à l’est de Johannesburg.

La mère du garçon, dont l’identité n’a pas été révélée, a déclaré que son fils avait un comportement étrange quand elle l’a pris à l’école et a remarqué une odeur étrange.

Lire aussi :  Une maman douche son nourrisson avec de l’eau de Javel pour lui éviter d'attraper des microbes.

S’adressant à la presse locale, elle a déclaré: « Ses yeux étaient rouges comme s’il pleurait et lorsque nous sommes montés dans le véhicule, j’ai remarqué une odeur émanant de lui. Comme s’il ne s’était pas essuyé correctement après être parti aux toilettes. »

Elle a dit qu’elle avait passé plus d’une heure à chercher son fils à l’école d’East Rand le lundi 5 août.

En parlant, elle a déclaré: « J’étais paniquée quand je ne l’ai pas trouvé là où je le prends d’habitude. »

Avec un enseignant et le directeur adjoint de l’école, le groupe a fait le tour de l’école en criant son nom sans réponse.

C’est à ce moment-là que la mère a affirmé qu’un « ouvrier général » de l’école venait dans leur direction et hésitait lorsqu’il a vu les enseignants.

La mère se souvint: « Il a offert de nous aider à le retrouver, affirmant que mon fils était probablement endormi dans l’une des salles de classe.

Lire aussi :  Joy Hallyday bouleversée par la trahison de sa mère.

« Il est allé dans une salle de classe et l’a déverrouillé. C’était étrange que mon fils soit sorti immédiatement – pas comme quelqu’un qui était endormi – mais comme quelqu’un qui était debout et attendait que la porte soit ouverte. »

Mais elle n’y pensa pas beaucoup, soulagée de retrouver son fils.

Le porte-parole de la police, le capitaine Ramothaki Maqwabe, a confirmé qu’une enquête sur une affaire de viol était en cours.

Cependant, la mère en détresse du garçon a déclaré que le directeur de l’école lui avait dit que son fils devrait passer trois mois loin de l’école jusqu’à la fin des enquêtes.

Elle pense que cela ne résout pas le problème, l’auteur présumé ayant été autorisé à retourner au travail.

« Ce qui m’a contrarié, c’est la décision de l’école de ne pas suspendre l’homme suspecté de viol, mais de m’avoir dit de garder mon fils à la maison jusqu’à la fin de l’enquête », a-t-elle expliqué.

Lire aussi :  Alain Delon en froid avec son fils. Une action en justice a été engagée à son encontre.

« Mais je l’ai signalé au département [de l’éducation] et il est intervenu.

« On m’a alors dit que mon fils pourrait revenir et que l’employé serait limitée au jardin de l’école et non aux salles de classe. »

Elle a ajouté: « De quoi la police a-t-elle besoin de plus ? Nous leur avons fait une déclaration et ils savent exactement qui doit être arrêté. »

La mère a déclaré que les médecins avaient confirmé que le garçon avait été violé.

Steve Mabona, porte-parole du secteur de l’éducation, a déclaré que le travailleur avait été suspendu immédiatement après l’incident et qu’il se présenterait à un processus disciplinaire en temps voulu.

Il a ajouté que l’école avait suivi la procédure appropriée pour traiter l’incident, elle avait signalé l’affaire à la police et avait fourni des conseils à l’enfant et à sa mère.

Il a ajouté: « Nous demanderons à la police de transmettre cette affaire sensible à la province afin que toute l’attention nécessaire soit accordée ».

Merci pour votre visite. Vous pouvez continuer la lecture sur la page suivante !

Loading...