Affaire ‘Delphine Jubillar’ : Son véhicule analysé, les conclusions sont glaçantes

0
345

Delphine Jubillar est toujours introuvable. Sa voiture a récemment été analysée et les résultats ont été dévoilés par Jean-Baptiste Alary, l’avocat de Cédric Jubillar.

Cela fait déjà huit mois que Delphine Jubillar est portée disparue. Cette fameuse nuit du 15 au 16 décembre 2021, après avoir couché son fils de 6 ans, la jeune femme semble s’être évaporée dans la nature. A Cagnac-Les-Mines où elle demeurait, elle n’a plus jamais été revue. C’est son mari, Cedric Jubillar, qui avait contacté les gendarmes.

À l’arrivée de ces derniers au domicile de la jeune femme, les hommes en tenue  n’aurait noté rien d’anormal si ce n’est la position de sa voiture de marque Peugeot. Celle-ci avait été trouvée « anormalement garée », à l’extérieur de la maison. De plus, les vitres étaient recouvertes de buée, tandis que la fenêtre côté conducteur était ouverte. 

Des constatations qui ont fait croire que la voiture avait été déplacée durant la nuit. “ La voiture de Delphine Jubillar n’était pas garée dans le bon sens, celle-ci la garait toujours en marche arrière, prête à partir pour le lendemain”, expliquait le procureur de Toulouse dans sa conférence de presse. Il était également fait mention du fait que Cedric Jubillar avait « remis lui-même les clés de la voiture de son épouse aux gendarmes ». 

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il se trouve aujourd’hui retenu en prison et classé comme principal suspect. Toutefois, l’enquête se poursuit, et des analyses ont été effectuées sur la voiture de Delphine Jubillar. Ce lundi 30 août 2021, en entretien avec Midi Libre, l’avocat de Cédric Jubillar a révélé les résultats desdites analyses.

« Cette histoire de stationnement n’est pas sérieuse. Il y a une multitude de raisons pour que la voiture ait été garée dans un autre sens que d’habitude, » a affirmé le magistrat. « Rien n’a été trouvé d’intéressant dans cette voiture. Pas de terre, de boue, de trace ADN de Delphine dans le coffre », a poursuivi Jean-Baptiste Alary.

Il a ajouté que Cedric Jubillar aurait « assuré avoir été avec sa nouvelle compagne le soir de la disparition de Delphine». L’avocat déplore le fait que l’alibi de son client n’ait pas « été vérifié, ni le bornage de son téléphone. Et aucune perquisition n’a eu lieu à son domicile ». Jean-Baptiste Alary qui reste convaincu de l’innocence de ce dernier assure que Cédric Jubillar « n’a rien à faire en prison ».

Laisser un commentaire