Affaire du petit Grégory: cette autre tragédie qui a frappé la famille Villemin après le meurtre

0
324

L’avocate des parents du petit Grégory révèle comment ils ont été frappés par une autre tragédie après la disparition de leur fils. 

L’avocate des parents de Grégory a récemment été reçue sur le plateau de Ca commence aujourd’hui où elle a évoqué un autre drame qui est longtemps resté caché. Jean-Marie et Christine Villemin ont fait face à une autre épreuve tragique, quelques semaines seulement après la disparition de leur fils, à l’époque âgé de 4 ans. C’est le 16 octobre 1984 que la vie du  couple a basculé dans le cauchemar. 

Jean-Marie et Christine Villemin ont ce jour-là vu pour la dernière fois leur petit garçon, Grégory. Son corps sans vie avait été repêché de la rivière Vologne à Docelle. Une heure plus tôt, une personne inconnue entrait en contact avec son oncle. Pour les parents de Grégory, l’auteur de cette tragédie n’est autre que le « corbeau », un individu qui les harcelait depuis des années. 

Ce personnage aurait régulièrement appelé la famille Villemin entre 1981 et 1983, et portait surtout son attention sur Albert et Monique, les parents du papa de Grégory. Lors de ses prises de contact, le corbeau disait des anecdotes et adressait des menaces. Pour les enquêteurs, il s’agit d’un proche de la famille Villemin puisque l’inconnu personnage connaît très bien ces derniers. 

« On a été copain. on a même fait des javas ensemble, je te connais très très très bien », avait affirmé le corbeau à Michel Villemin lors d’un appel. « Étienne Sesmat a été responsable de l’enquête sur le meurtre du petit Grégory, une affaire qui a marqué sa vie. Plus de 3 décennies que l’interminable affaire Grégory est dans nos vies et celles de nos invités. Une émission spéciale lundi prochain sur France 2 », pouvait-on lire sur le compte Twiter de l’émission. 

Cet autre drame qu’ont vécu les parents de Grégory peu après sa disparition est la perte de l’un de leurs jumeaux. D’après leur avocate qui relate les faits, en 1984, Christine, de nouveau enceinte, perd l’un de ses bébés suite à un flash d’information qui la déclare comme pouvant être le corbeau. 

« Le journaliste disait : ‘Le corbeau pourrait être la mère’. Elle a une réaction physique immédiate ; elle était enceinte de jumeaux ; elle a fait une hémorragie et a été hospitalisée. Elle perd un des deux enfants », a affirmé Marie-Christine Chastant-Morand selon qui Jean-Marie et Christine Villemin espèrent toujours connaitre qui a tué leur fils.

Laisser un commentaire