Affaire Maelys : Nordhal Lelandais jugé aux Assises

Nordahl Lelandais sera bien de nouveau sur le banc des accusés. Les juges d’instructions l’ont renvoyé devant la cour d’assises pour «meurtre».

Déjà condamné par la cour d’assises de Chambéry, à 20 ans de réclusion, avec une période de sûreté des deux tiers, Nordahl Lelandais sera de nouveau présenté devant un juge et un jury, suivant la requête des juges d’instruction de Grenoble ce mardi 2 juin. Dès 2022, l’ancien maître-chien sera jugé pour «meurtre » dans l’affaire de la petite Maelys.

Si ce dernier avait reconnu être à l’origine du décès de l’enfant, il soutenait cependant la thèse de l’accident. Fin août 2017, lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Savoie, Maelys De Araujo, 9 ans, était soudain devenue introuvable. Son corps sera finalement trouvé sans vie après d’âpres recherches.

«J’ai été déçue par le comportement de l’assassin de ma fille, car il n’a selon moi toujours pas dit la vérité (…) Il sait ce qu’il fait. Il a commis deux meurtres, donc il sait ce qu’il fait. Il veut se préserver, se protéger. Tout est contrôlé, calculé», a réagi Jennifer Maeco de Araujo sur BFMTV, à l’annonce du verdict contre l’assassin de sa fille.

Alors que ce second procès devrait être encore douloureux pour cette mère, elle déclare : «Nous on a pris perpétuité, j’espère que lui aussi prendra perpétuité. Il a brisé ma vie, il a brisé ma famille, mon couple. Il a tout brisé». Nordahl Lelandais devra en plus du meurtre de la petite Maelys, répondre pour d’autres crimes, dont  des agressions sexuelles, suite aux témoignages recueillis par les enquêteurs dans le cadre de leur enquête.

Des cousines de l’accusé ont en effet témoigné contre lui. D’après le procureur adjoint Boris Duffau, l’ancien maître-chien de 38 ans sera jugé pour ces faits, pour des délits d’agressions sexuelles sur deux de ses cousines, mineures de moins de 15 ans et pour détention et enregistrement d’images pédo-pornographiques.

Lors du procès précédent qui s’est déroulé au mois de mai, l’avocate générale avait requis la peine maximale à l’encontre de l’ancien maître -chien, soit 30 ans de prison, assortie d’une période de sûreté des deux tiers et de 10 ans de suivi socio-judiciaire. Me Thérèse Brunisso a estimé que pour l’accusé, «la volonté de tuer» Arthur Noyer était évidente. « Je considère que la gravité du meurtre commis par Nordahl Lelandais, ses actions périphériques à ce meurtre, les éléments de personnalité très défavorables justifient une peine de trente ans de réclusion criminelle », soulignait l’avocate générale.

alex Dupond

Rédacteur web, j'ai à cœur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.