Alain Delon atomise ses haters et règle ses comptes !

0
26

Alain Delon qui a une nouvelle fois accepté de s’exprimer face aux journalistes livre sa pensée sur tous les sujets.

Après ses problèmes de santé survenus en 2019, Alain Delon s’est tenu loin des caméras. Personne ne s’attendait à le revoir sur le devant de la scène médiatique après tout ce temps en retrait. Des rumeurs circulent même affirmant que le géant du cinéma pourrait ne plus s’exprimer comme il en avait l’habitude à la troisième personne.

Aussi, les médias ont pris l’habitude d’interroger ses enfants pour obtenir quelques informations sur sa santé. Mais ses proches en disent très peu sur son accident vasculaire cérébral et sa longue convalescence. Contre toute attente récemment, celui qu’on surnomme le guépard a fait sa réapparition sur la scène médiatique.

«Ça m’a vraiment choqué… Pour moi, il n’allait plus revenir. Je n’arrivais pas à imaginer autre chose », confiait son dernier fils, Alain-Fabien Delon, affirmant avoir craint dans le cas où son père revenait à lui, qu’il ne soit plus celui qu’on connaissait jusque là. «Vous voyez cet homme, qui est votre père, que vous aimez plus que tout, qui est relié à des machines, et ca fait bip», relate-il.

Alain Delon va beaucoup mieux comme il l’affirmait lui-même. Et l’acteur qui «revient de loin» ne semble pas avoir perdu de ses facultés mentales, encore moins de son verbe. Ce qui ne l’empêche pas de penser au grand départ. Alain Delon affirme d’ailleurs qu’il «hait cette époque». «Je la vomis, dit-elle. Tout est faux, Tout est faussé […] Je sais que je quitterai ce monde sans regret»

«Tout est prêt, j’ai ma tombe dans ma chapelle, il y a six places », révélait l’acteur qui a indiqué ne pas vouloir d’hommage national. Celui qui affirme vouloir être enterré dans son domaine à Douchy au milieu de ses chiens se prononce en faveur de l’euthanasie. «D’abord parce que j’ai beaucoup vécu et que je vis souvent en Suisse, qui sont les premiers bénéficiaires de ça», a-t-il dit.

D’après lui, l’euthanasie est «la chose la plus logique qui soit. Et la plus naturelle. « A partir d’un certain âge, d’un certain moment, on a le droit de choisir de f**tre le camp tranquillement, sans passer par les hôpitaux, les piqûres ou les machins », a déclaré l’acteur qui a rappelé, face au journaliste et présentateur Cyril Viguier, ce moment où, en 2019, sa vie à basculé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici