Accueil people Alain Delon, en plein calvaire à cause de Jean-Paul Belmondo

Alain Delon, en plein calvaire à cause de Jean-Paul Belmondo

0
2982

Jean-Paul Belmondo, star du film iconique de la Nouvelle Vague « À bout de souffle », dont le nez tordu de boxeur et le sourire très beau ont fait de lui une star du grand écran, est mort à 88 ans. Sa disparition a été révélée en début de semaine par le cabinet de son avocat, Michel Godest. A ce jour, on ignore la raison de sa mort.

« La carrière de Belmondo a duré un demi-siècle. Dans les années 1960, il incarne un nouveau type de star de cinéma masculine, caractérisée par une virilité pure plutôt que par une beauté classique. Il est ensuite apparu dans plus de 80 films et a travaillé avec une variété de grands réalisateurs français, de François Truffaut à Claude Lelouch et Jean-Luc Godard, dont le film de 1960 « À bout de souffle » (« Au Bout de Souffle » dans son titre original français ) a apporté aux deux hommes des éloges durables », a rapporté un confrère.

Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron a désigné le comédien de « trésor national » dans un hommage posté sur les réseaux sociaux, soulignant « le panache » de l’artiste, son humour et sa joie de vivre. Le comédien émérite était à la fois un « héros sublime » et « une figure familière », a annoncé le mari de Brigitte Macron. 

Avant de poursuivre : « En lui, nous nous reconnaissons tous ». Les hommages sont arrivés en masse sur les réseaux sociaux ces derniers jours et notamment, celui de son ami de toujours, Alain Delon, « dévasté par sa disparition ». Leur agent a confirmé son immense tristesse et désarroi.

 « Le 15 juin, chez Paul, Quai d’Orsay, j’ai assisté à leur dernier rendez-vous. Ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps. Dans ce grand appartement qui donnait sur la Seine, ce fut joyeux et drôle. Alain est entré dans le salon en criant : ‘Dis moi, j’ai envoyé à ton agent le contrat pour Borsalino 3. Dépêche-toi de te remettre, on tourne en septembre‘ », a confirmé Cyril Viguier, co-producteur du documentaire Belmondo par Belmondo.

Avant de poursuivre : « Ils s’amusaient comme des enfants. Souvent il prenait la main de son ami et souvent Jean-Paul agrippait son bras. Entre eux, la tendresse passait aussi par le regard, beaucoup de rires et une certaine idée de la loyauté ». Les deux amis ont partagé ensemble toutes leurs peines et joies.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici