Alain Delon, état de santé préoccupant – un hommage annulé à Los Angeles

0
59

Alain Delon qui a fait sa réapparition à l’écran dans un documentaire diffusé sur TV5 monde ne serait pas totalement remis.

Depuis son AVC à l’été 2019, Alain Delon était resté loin des projecteurs. Et les nouvelles sur sa santé ne parvenaient à ses fans que par le biais de ses enfants, lorsqu’elles ne faisaient tout simplement pas défaut. Il y a quelques mois cependant, l’acteur a accepté de répondre aux questions du journaliste et présentateur Cyril Viguier.

Une interview qui a été diffusée le 1er juillet dernier sur TV5 Monde sous le format d’un documentaire intitulé Alain Delon face au monde. Durant cet entretien, le géant du cinéma français est revenu sur l’AVC qui a failli le terrasser en 2019, et lui a valu par la suite une longue et douloureuse rééducation.

Alain Delon s’est souvenu comment, cette année là, sa vie a basculé : «C’est arrivé comme ça, à 19h20. Je me suis senti mal et je suis parti en ambulance à l’hôpital. Je ne savais pas pourquoi j’étais là, ni ce que j’avais exactement. Ils m’ont couché et je n’ai rien senti. J’ai su après que j’avais fait un AVC», a-t-il expliqué face à Cyril Viguier.

Mais si visiblement il semblait en forme et affirmait aller « mieux », Alain Delon aurait encore du chemin à faire pour être totalement libre de ses mouvements. D’après le magazine Gala, l’acteur subit encore quelques restrictions venant de ses médecins. Il ne serait notamment pas autorisé à effectuer de longs voyages en avion.

Un handicap alors qu’Alain Delon doit se rendre à Los Angeles pour le Walk of Fame où son étoile d’ « immortel » l’attend. « Or, le règlement est clair : chaque artiste honoré sur le Walk of Fame doit être présent lors de l’inauguration de son étoile », indique la publication. La finalisation du dossier de l’acteur repose désormais sur l’avis des médecins pour un voyage longue distance. La cérémonie, elle, est prévue pour cette fin d’année.

L’acteur qui se dit favorable à l’euthanasie avait également donné sa vision de la fin de vie. «À partir d’un certain âge, d’un certain moment, on a le droit de choisir de foutre le camp tranquillement, sans passer par les hôpitaux, les piqûres, les machins », confiait-il, affirmant ne pas vouloir «de funérailles publiques». «Ca ne m’intéresse pas du tout », a déclaré Alain Delon, qui souhaite être enterré à Douchy auprès de ses nombreux chiens.

Laisser un commentaire