Alain Delon, terrible souffrance – un proche livre un secret édifiant …

0
649

Le comédien très populaire, Alain Delon, est confronté à des épreuves terriblement douloureuses depuis plusieurs mois. Il faut dire que ces derniers temps, il n’a pas été épargné par la vie, qui lui a réservé des mauvaises surprises en pagaille. Toute a débuté, il y en 2019, il a été touché par un grave AVC, dont il s’est remis aujourd’hui très difficilement.

Grace à une convalescence de plusieurs mois et le suivi d’une équipe médical, il a pu récupérer les fonctions de la parole et de la marche. Bien que les séances de rééducation aient été extrêmement éprouvantes, le père de trois enfants est aujourd’hui en mesure de communiquer et de se déplacer sans grande difficultés, ce qui n’était pas gagné d’avance après son AVC.

Ensuite, les drames se sont succédés dans sa vie, puisque le monument français du cinéma a été littéralement anéanti en apprenant la disparition de ses amis de longue date. En effet, Johnny Hallyday, Jean-Paul Belmondo, ou encore de son ex femme Nathalie Delon sont mort, pour le plus grand chagrin de l’artiste, qui n’a jamais révélé sa douleur publiquement.

D’ailleurs, celte image « d’homme fort », le montre sacré du cinéma français en a longtemps souffert chez lui. Récemment, nos confrères de France Dimanche ont publié un dossier sur l’heureux papa de trois enfants et font des confidences étonnantes à son égard. D’après le quotidien, Alain Delon est en fait un homme très « fragile », qui ne supporte pas cette image « d’homme fort », qui lui colle à la peau.

Le magazine people se base d’ailleurs sur les propos d’un réalisateur, qui avait travaillé avec Alain Delon et qui a fait des confidences stupéfiantes à son sujet. Patrice Leconte a déclaré : « Quand j’ai tourné ce film avec Belmondo et Delon, on était sur les hauteurs de Nice, dans un petit village. Il y avait des gens qui regardaient, des badauds, et quand Belmondo est descendu pour venir sur le tournage, tout le monde criait : ‘Oh Bébel ! Bébel, par ici !’ ».

Avant de poursuivre : « D’un seul coup, alors que je regardais ailleurs, j’ai entendu un silence de mort, on aurait entendu une mouche voler. Je n’avais même pas besoin de me retourner, c’était simplement parce que Delon descendait le même petit raidillon et tout le monde se tenait à carreau comme si le proviseur était entré dans la salle de classe ». 

Malheureusement, cette image difficile dont il ne peut se défaire, le fait souffrir intérieurement. « Il m’a avoué, un soir de confidences, à quel point il en souffrait d’imposer une image un peu terrifiante enfin, glaçante. Et ça, ça ne le rend pas spécialement heureux », a-t-il indiqué.

Laisser un commentaire