Bernard Tapie, son cancer empire – Sa technique pour faire face à la maladie !

0
3067

Bernard Tapie reste convaincu qu’il finira par vaincre son cancer, malgré le fait que son état soit dégradé.
Malgré le traitement expérimental qu’il suit, son état de santé s’est nettement dégradé.

Atteint d’un double cancer, les derniers tests réalisés n’ont pas été concluants comme l’a lui-même confirmé Bernard Tapie dans l’émission de TF1, Sept à Huit, ce dimanche 27 décembre 2020. Mais l’homme d’affaires ne désespère pas pour autant. «Ce n’est pas pour ça que je suis foutu», a-t-il confié sur la première chaîne.

«Ce cancer, il suffit qu’en huit jours on trouve la parade. Donc ca en vaut la peine. Votre énergie, c’est elle qui alimente ce qu’on appelle immunité»,  soutient Bernard Tapie qui reconnaît être «au plus mauvais point depuis trois ans ». «Donc on ne désespère pas, on se bouge, on ne reste pas allongé, on évite les antidouleurs.  Bref, on fait tout pour rester intact», ajoute Bernard TapieL’ancien président de l’OM aujourd’hui âge de 77 ans garde ainsi tout son charisme et son esprit combatif dans la lutte qu’il mène depuis 2017 contre un double cancer de l’estomac et de l’œsophage. «C’est une longue maladie pour moi parce que ça fait trois ans», a-t-il rappelé sur TF1.

« Et je suis au plus mauvais point que j’ai connu depuis trois ans. Et c’est d’autant plus dommage que de janvier jusqu’à juin, grâce à un traitement expérimental, mes tumeurs avaient baissé de 70%. Et puis, je me suis senti pas bien du tout au début de l’été. On a fait un scanner de témoin et on a découvert 20% de nouvelles et mes anciennes avaient doublé», a-t-il ensuite expliqué «Donc on a été obligé d’arrêter et on a cherché un autre traitement expérimental, puisque les traitements classiques ne marchent pas. On en a tenté un autre sur l’immunothérapie, mais je viens de faire le scanner et elles ont encore doublé de volume», poursuit Bernard Tapie qui garde visiblement le moral.

«Et moi je suis convaincu que je vais surmonter cette période (…) Ils disent que je suis dans une phase un peu compliquée mais qu’on n’a pas de raison de désespérer», affirme l’ancien ministre qui s’estime mieux loger que d’autres. «Vous savez ici, il y a pire que moi. A côté de moi, il y a une jeune mère de famille de 37 ans avec une tumeur au cerveau», confiait-il cet été dans le Parisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici