Brigitte Macron, jubile – le carma prend le relais

0
66

Brigitte Macron, qui n’apprécie guère, un certain chef d’Etat, qui l’avait littéralement terrorisée lors d’une rencontre à Fort Brégançon, pourrait se sentir beaucoup mieux prochainement. Elle n’aura plus l’occasion de le revoir. En effet, Vladimir Poutine, qui l’avait terrifiée lors de leur rencontre, souffrirait de graves problèmes de santé.

Lors de cette rencontre, Emmanuel Macron avait également eu du mal à calmer le président russe. Des photos stupéfiantes avaient également été diffusées sur les réseaux sociaux. Selon un confrère, le président risse aurait été opéré, il y a quelques mois pour ôter une tumeur, se trouvant dans son abdomen et pourrait par la suite envisager de laisser sa place au sommet de l’Etat, tout en continuant à assurer ses fonctions.

Hier, l’époux de Brigitte Macron et Vladimir Poutine se sont rencontré afin de trouver un terrain d’entente sur les tensions concernant l’Ukraine. Alors que le président Emmanuel Macron s’entretenait lundi avec son homologue russe Vladimir Poutine à Moscou, il s’est présenté comme la dernière réponse à la prétendue question d’Henry Kissinger sur qui appeler en Europe en cas de crise.

 Le président a passé une grande partie de son temps depuis son entrée en fonction il y a cinq ans à prêcher une plus grande autonomie stratégique européenne , qu’il a diversement décrite comme un rôle plus important dans les affaires étrangères ou un investissement dans une force militaire européenne. Aujourd’hui, Macron met sa théorie à l’épreuve lors de rencontres en face à face avec d’abord Poutine, puis le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev mardi.

 La France a assumé la présidence tournante semestrielle du Conseil de l’Union européenne en début d’année, lui donnant une certaine légitimité diplomatique pour parler au nom de l’Europe. Et il prend la relève pour remplacer l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel, qui a joué un rôle similaire lorsque la Russie a pris la Crimée à l’Ukraine en 2014. Son successeur, Olaf Scholz, a rencontré lundi le président américain Joe Biden à Washington.

Macron a clairement exprimé les divergences d’opinion, même au sein de l’alliance occidentale, sur la manière de gérer la situation en Russie et en Ukraine. Au cours du week-end, dans une interview au Journal du Dimanche , Macron s’est dit confiant dans les entretiens en tête-à-tête avec ses homologues russe et ukrainien, qui se tiendront avec seulement des interprètes présents, pour aider à désamorcer les tensions le long de la frontière ukrainienne. A la veille de son voyage à Moscou, il a fustigé les avertissements forts et répétés en provenance de Washington. « Depuis plusieurs semaines, je lis ou j’entends de hauts responsables annoncer des opérations imminentes de semaine en semaine », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire français.

Laisser un commentaire