Carla Bruni et Nicolas Sarkozy, pour le couple, c’est la pire épreuves… Leur noël tragique !

0
104

L’ancien couple présidentiel, Carla Bruni et Nicolas Sarkozy est au centre de toutes les attentions. Depuis quelques semaines, les tourtereaux rencontreraient une zone de turbulence. Malheureusement, les nombreux confinements auraient eu de lourdes répercussions sur leur mariage, qui ne tiendrait plus qu’à une file.

En cette période très tendue, beaucoup de personnes tentent de passer le temps comme elles le peuvent. Quant à d’autres, la cohabitation avec l’autre partenaire reste très difficile. La promiscuité, le manque d’activité, les tensions liées au coronavirus dont on ignore la fin, amènent les couples à se disputer davantage et engendrent des tensions plus importantes qu’à l’accoutumée.

Le magazine people France Dimanche a consacré un dossier sur l’ex chef de l’Etat et son épouse et livre des nouvelles peu réjouissantes. Selon la publication, leur Noël serait en péril. Suite à sa dernière condamnation, Nicolas Sarkozy est assigné à résidence. Alors que le couple a l’habitude de voyager pendant cette période, tous leur projet sont mis à mal.

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été condamné jeudi à un an de prison après avoir été reconnu coupable d’avoir financé illégalement sa campagne électorale de 2012. Nicolas Sarkozy, 66 ans, qui a nié tout acte répréhensible, n’était pas devant le tribunal pour faire face à la décision. Son avocat a confirmé qu’il ferait appel.

Il était accusé d’avoir dépensé environ 22,5 millions d’euros, soit près du double du montant légal maximum, pour sa campagne de réélection de 2012. Il a ensuite perdu contre le socialiste François Hollande. Les procureurs pensent que Sarkozy savait des semaines avant le scrutin que ses dépenses – qui sont strictement limitées en vertu de la loi française – se rapprochaient du maximum légal. Ils l’ont accusé d’avoir ignoré deux notes de ses comptables mettant en garde contre le problème de l’argent.

Il n’est pas accusé de faire partie du système des fausses factures au cœur de la fraude, mais les procureurs ont fait valoir que Sarkozy est « le seul responsable de son financement de campagne » et qu’il a choisi de dépasser la limite en organisant de nombreux rassemblements, notamment géants. ceux.

Les procureurs avaient requis un an d’emprisonnement, dont six mois avec sursis, et 3 750 € d’amende. La présidente de la 11e chambre correctionnelle Caroline Viguier a déclaré que Sarkozy « continuait d’organiser des réunions » malgré avoir été « prévenu par écrit du risque de dépassement » de la limite légale. « Ce n’était pas sa première campagne, il avait de l’expérience en tant que candidat », a poursuivi le magistrat.

Laisser un commentaire