Carla Bruni, brutalité, elle livre une vérité effroyable …

0
698

L’ex couple présidentiel formé par Carla Bruni et Nicolas Sarkozy a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. En effet, l’ancien chef de l’Etat a vécu une période particulièrement éprouvante récemment, avec son procès qui a passionné les médias durant plusieurs jours. D’autant plus que c’est la première fois dans la cinquième république, qu’un ex président de la république écope d’une peine d’emprisonnement avec sursis.

Fort heureusement, il peut toujours compter sur le soutien sans faille de son épouse Carla Bruni et mère de sa fille, Giulia. L’ex reine des podiums n’hésite pas à dévoiler sur les réseaux sociaux, son amour inconditionnel pour son mari et son soutien, malgré toutes les attaques dont il fait régulièrement l’objet.

« C’est ça qui est important : les gens ne sont pas dupes. Ils ne sont dupe de rien. Ils ont compris et c’est ça qui est bien. Je suis fière de toi mon amour, comme tu es clair, comme tu es droit, comme tu es fort et comment tu restes debout envers et contre tout et dans toute cette boue », a-t-elle annoncé récemment sur instagram, où elle est très active.

Bien qu’elle soit toujours en soutien à son mari, la ravissante brune a toujours voulu garder son indépendance. Elle a d’ailleurs très mal vécu d’avoir été mise au rang de « femme de « , lorsque Nicolas Sarkozy a accédé au pouvoir. L’ex première dame de France s’est confiée à nos confrères d’Ici Paris, et livre sa version des faits sur ce rôle attribué qu’elle ne supportait pas.

« Jamais de ma vie je n’ai obéi à un homme et je n’ai eu que des hommes forts. J’en déduis que ce sont les faiblards qui veulent dominer », a-t-elle indiqué. Son indépendance et sa liberté ont toujours été au centre de ses préoccupations et elle ne les aurait abandonnées pour rien au monde.

L’heureuse maman de deux enfants a avoué avoir eu beaucoup de difficultés à trouver sa place au moment de la présidence du pays par son époux. « J’étais très confiante avant. Mais ça a été d’une telle brutalité que j’ai dû un peu me mettre aux abris. Mais c’est bien naturel. Je comprends que ça ait déstabilisé. J’ai été stupéfaite qu’on m’assimile à mon homme que j’aime plus que tout, mais qui n’est pas du tout moi », a-t-elle indiqué à nos confrères de Nice Matin.

Avant de poursuivre : « Ça m’a fait connaître une chose que je ne connaissais pas du tout, qui est le sexisme. C’est quelque chose que je ne connaissais pas, parce que comme je travaille depuis que j’ai 19 ans, j’ai été habituée à être jugée pour ce que je faisais moi et non pas pour mon mari. Ça, ça m’a stupéfait et ça me stupéfie encore. »

2

Laisser un commentaire