Carla Bruni et Nicolas Sarkozy : gros règlement de compte en public …

0
752

Ces derniers mois, l’ex couple présidentiel formé par Carla Bruni et Nicolas Sarkozy, doit faire face à de terribles perturbations dans leur vie. En effet, la condamnation de l’ex chef de l’Etat dans l’affaire Bygmalion a fait couler beaucoup d’encres et a eu de lourdes répercussions dans leur couple.

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été condamné à une deuxième peine de prison après avoir été reconnu coupable de financement illégal de campagne pour les vastes rassemblements politiques de style showman de sa campagne de réélection ratée de 2012.

Le mari de Carla Bruni, a été condamné à une peine d’un an qui, d’après le juge, pourrait être purgée en résidence surveillée en portant un bracelet électronique à la cheville. « L’accusation a déclaré que les comptables avaient averti Sarkozy qu’il était sur le point de dépasser le plafond officiel des dépenses de 22,5 millions d’euros, mais qu’il avait insisté pour organiser davantage d’événements pour repousser Hollande, qui gagnait du terrain en tant que « Monsieur Normal » cherchant à sévir contre le monde de la finance », a rapporté un confrère.

Face à l’ampleur de cette affaire, son épouse Carla Bruni a régit sur es réseaux sociaux. Pour accompagner ses propos, elle a diffusé la photo d’une foule de personnes venue soutenir son époux, lors d’une séance de dédicace de son dernier livre. « C’est ça qui est important : les gens ne sont pas dupes. Ils ne sont dupe de rien. Ils ont compris et c’est ça qui est bien », a-t-elle annoncé.

Avant de poursuivre : « Je suis fière de toi mon amour, comme tu es clair, comme tu es droit, comme tu es fort et comment tu restes debout envers et contre tout et dans toute cette boue ». Quant à son mari, il n’a pas attendu pour donner sa version des faits et réagit publiquement, sur cette affaire qui a eu l’effet d’une bombe.

L’ex chef de l’Etat a confié qu’on « ne peut pas être sanctionné deux fois pour les mêmes faits ». Selon lui, le droit « a été de nouveau bafoué par la méconnaissance des décisions du Conseil constitutionnel ». « C’est la certitude de la justesse de ce combat qui me donne l’énergie qui permet de surmonter les épreuves et de résister aux vaines tentatives d’humiliation », a-t-il poursuivi.

Laisser un commentaire