Caroline de Monaco, surprenante maladie héritée de Princesse Grace

0
196

La princesse Caroline qui se fait discrète depuis le retour sur le rocher de sa belle-soeur Charlène de Monaco, souffrirait du même mal que sa mère. 

Il s’agit en réalité d’une passion cachée qu’avait la princesse Grace. « Des fleurs pressées », dont parle Sophie Adriansen, dans son livre intitulée Une Américaine à Monaco. « Elle acceptait volontiers les visites dans sa véranda-atelier de Rocagel », a écrit la journaliste au sujet de la mère du souverain de Monaco. 

« Je considère cela comme une forme de détente et non un art sérieux », affirmait la princesse Grace dont l’aînée des Grimaldi aurait hérité de la passion. L’épouse du prince Rainier avait grandi au sein d’une famille nombreuse. Ce qui l’a conduit très tôt à développer une aptitude assez particulière.

Celle de « s’enfermer dans sa bulle et, si nécessiare, à rester sourde aux conversations qui se tenaient autour d’elle ». Grace de Monaco évoquait le sujet dans un livre qu’elle a écrit en collaboration avec Gwen Robyns, une journaliste. On y découvre le domaine agricole de la famille princière, Rocagel. 

C’est dans ce cadre que la princesse Charlène est allée se reposer lorsqu’elle est rentrée d’Afrique du sud, après plusieurs mois d’absence suite à des problèmes de santé. Le livre dont il s’agit est intitulé My Book of flowers (Mon livre de fleurs). Il revêt, d’après l’auteur, plusieurs caractéristiques.

« Un livre sur les fleurs et sur l’enchantement qu’elles apporteront à votre vie quand elles y occupent une place prépondérante », est-il renseigné, non sans souligner qu’il se présente à la fois sous la forme d’un manuel de jardinage et d’un album des collages princiers. Mais aussi et surtout d’un recueil de réflexions sur le pouvoir qu’ont les fleurs. 

Caroline de Monaco, qui n’a plus été très vue au Rocher depuis le retour de la première dame monégasque de son long séjour à l’étranger, pour des raisons de santé, aurait elle aussi donc attrapé le virus des fleurs. Seulement, à en croire la princesse Grace de Monaco, cela ne pourrait que lui faire le plus grand bien. 

Laisser un commentaire