Céline Dion, trahie – condamnée à payer une forte amende face au tribunal !

0
43

Céline Dion et son équipe ont répondu à la décision du commissaire du travail de Californie à son encontre dans la bataille juridique d’un an contre ICM Partners au sujet d’une commission impayée, affirmant que le commissaire « s’était trompé ».

« Avec tout le respect que je dois au bureau du commissaire au travail, nous pensons qu’ils se sont trompés. La décision impose à Céline un accord d’agent commun qu’elle et M. Prinz ont abandonné des décennies auparavant. Lui imposer ce vieil arrangement maintenant comme si elle était une nouvelle artiste – plutôt qu’une superstar internationale – ignore l’historique de leurs contrats ultérieurs et surpaye énormément M. Prinz pour sa contribution », a déclaré l’avocat de Céline Dion, Zia Modabber, dans un communiqué.

Céline Dion a signé un contrat de tournée et de représentation pluriannuel en 2017 d’une valeur estimée à 500 millions de dollars, mais a été abandonné par ICM et son représentant de longue date Rob Prinz en 2019 après avoir omis de payer une commission. ICM Partners a poursuivi la star pour recevoir les prétendus fonds impayés, et ICM a annoncé mercredi que le commissaire au travail avait statué en faveur de l’entreprise.

«Bien que l’accord omnibus (l’accord de Dion avec AEG négocié par l’ICM et Prinz) soit évalué à un demi-milliard de dollars, le commissaire au travail a traité des questions similaires, mais pas dans cette fourchette monétaire. Dans des schémas de faits similaires, nous avons systématiquement appliqué la règle stipulant : « [une] agence artistique a généralement le droit de recevoir des commissions après la cessation d’emploi pour tous les emplois obtenus par l’agence avant sa cessation d’emploi », indique la décision.

« Les commissions sont dues après la résiliation pour les sommes négociées par l’agent pendant la durée de l’accord et l’artiste ne peut pas déterminer unilatéralement qu’il n’y a plus d’obligation de payer pour le travail déjà exécuté », indique la décision.

La chanteuse internationale a réagit face à cette affaire qui a fait grand bruit et n’a pas caché sa déception face à cette trahison. « Quand René était en vie, il s’occupait de mes affaires et était toujours juste envers les gens avec qui nous travaillions. Et il m’a appris à faire de même. Comme je n’étais pas là pour me défendre lors de cette audition, j’ai le sentiment que M. Prinz et la BWI ont profité de moi pour leurs demandes financières et en révélant des détails confidentiels sur mes contrats. Je me sens trahi. », a-t-elle annoncé.

Laisser un commentaire