Charlène de Monaco, dépendante aux cocktails de somnifères, Albert brise au plus mal !

0
1299

Le prince Albert réfute la rumeur selon laquelle son épouse serait dépendante aux médicaments. 


La princesse Charlène de Monaco serait addicte « depuis neuf ans à un dangereux cocktail de somnifères (Stilnox, imovane et dérivés de Carfentanil), l’un des opioïdes les plus toxiques », rapporte le magazine Voici qui la dit internée pour cause de dépression dans une clinique spécialisée en Suisse. 


« Certains de ces médicaments seraient 10 000 fois plus toxiques que la morphine, 4 000 fois plus toxiques que l’héroïne et 100 fois plus toxiques que le fentanyl », poursuit la publication qui révèle que l’épouse du prince Albert II de Monaco serait tombée sous le coup de la dépendance alors qu’elle cherchait à guérir une blessure.


« Tout a commencé par des anti-douleurs pour soigner une vieille blessure. Et puis, au fil du temps, parce qu’elle n’arrivait pas à dormir, elle est tombée dans un cercle vicieux », a confié un proche au magazine. Les rumeurs sur l’état de santé de la princesse ne décroissent pas alors que le souverain de Monaco assure que la santé de Charlène de Monaco n’a rien à voir avec une addiction. 


D’après un communiqué du Palais, l’ancienne nageuse professionnelle doit se soumettre à des soins dentaires. Sa convalescence se déroulerait de « façon satisfaisante et très encourageante. Son rétablissement ainsi que le suivi de ses soins dentaires devant encore prendre plusieurs semaines… », est-il rapporté.


Si la princesse était attendue à Monaco à l’occasion de la Sainte-Devote, il apparait qu’elle ne sera pas de retour à cette date. Charlène de Monaco est absence du Rocher depuis bientôt un an. Parti en Afrique du sud pour les obsèques du roi Zulu, elle y a finalement passé plusieurs mois suite à une infection ORL, d’après un communiqué officiel du palais.  


Depuis, la princesse n’a que très rarement revu ses enfants, Jacques et Gabriella, ainsi que son mari. Depuis le mois de novembre 2021, officiellement, l’épouse du prince Albert II se reposerait en Suisse, après plusieurs mois de maladie et un nombre important d’opérations qui l’ont éprouvée.  

Laisser un commentaire