Charlène de Monaco grande méfiance – piégée dans une secte

0
278

L’épouse du prince Albert II serait sous l’influence d’un gourou, Dawn Earl, qui aurait un impact sur ses décisions.

Corriere Del Sera relaie une photo publiée par le site Monaco Matin, sur laquelle on découvre Charlène de Monaco parée d’une tenue africaine, debout aux côtés du nouveau roi zoulou qui serait un ami proche. C’est dans le cadre des obsèques du précédent souverain du peuple Zulu qu’elle s’était rendue au mois de mars dernier en Afrique du Sud, où elle demeure encore en raison d’une infection ORL. 

Cette sortie est la première de la princesse Charlène de Monaco depuis des semaines. L’épouse du prince Albert portait autour du cou « un chapelet mystique » qui fait croire à plusieurs qu’elle subit une forme  d’influence. Surtout que c’est la première fois que la maman de Jacques et Gabriella apparaît en public avec un tel accessoire.

Dans un article paru dans Paris Match au mois de juillet, Stéphane Bern évoquait chez l’ancienne nageuse des crises de paranoïa, indiquant une telle emprise. « Aux yeux des patriotes monégasques, briller par son look ou ses absences d’un soir peut constituer une forme de revanche, mais un exil d’un semestre relève pour eux d’un abandon de poste », affirmait-il.

« Charlène de Monaco a commencé à se méfier de tous, coupant les ponts un par un. Puis elle a cédé aux dires médiocres de quelques profiteurs qu’elle demandait au Palais d’appointer, avant de larguer les amarres », poursuit le spécialiste des têtes couronnées, indiquant que le souverain ne s’est pas interposé. 

Le magazine Gala parle de l’influence de Dawn Earl, considérée comme la conseillère privée de Charlène de Monaco, et qui aurait été à la tête d’une secte australienne. Cette numerologue serait redoutée au Rocher et beaucoup craindrait que le long séjour de la princesse ne l’expose à l’influence de cette dernière. 

Le retour de la maman de Jacques et Gabriella à Monaco est annoncé pour fin octobre. Le séjour de la princesse en Afrique du Sud s’est prolongé de plusieurs mois suite à une infection ORL qu’elle a contractée. L’épouse du prince Albert n’avait alors pas l’aval des médecins pour prendre l’avion. Une telle opération aurait pu lui causer des troubles plus importants, voire même la mort. « Les médecins m’ont interdit de prendre l’avion, et je ne peux pas forcer ma guérison », expliquait l’épouse du prince Albert, soulignant que «voler au dessus d’une altitude de 3.000 mètres me causerait de sérieux problèmes »

Laisser un commentaire