Charlène de Monaco, « sidérée » par la reine Elisabeth II – cette leçon qu’elle tente d’appliquer !

0
580

La princesse Charlène de Monaco a vécu une année 2021 riche en émotions. Depuis son séjour de plusieurs mois en Afrique du Sud, l’épouse d’Albert de Monaco a passé quelques jours au Rocher pour disparaître de nouveau des radars quelques jours plus tard. A l’occasion de son absence, le palais princier a émis un communiqué, annonçant qu’elle avait besoin de se reposer loin du palais, en raison d’un épuisement émotionnel et physique important.

Face aux nombreuses rumeurs entourant l’ex nageuse internationale, son époux, Albert de Monaco a tapé du point sur la table, soulignant qu’elle souffrait seulement d’une fatigue importante, contrairement aux bruits de couloirs qui se propagent à une vitesse fulgurante sur les réseaux sociaux.

« Chacun y est allé de sa petite théorie et de son petit commentaire. (…) Charlène a besoin de calme, de repos, de tranquillité et d’apaisement. Il faut que tout le monde comprenne ça. Je le dis gentiment : laissez-la tranquille, laissez-nous tranquilles pendant quelque temps », a annoncé le prince souverain de Monaco.

Avant d’ajouter : « Je veux insister là-dessus car je connais les rumeurs, la princesse ne souffre d’aucune maladie grave ou incurable. Ce n’est pas davantage un problème de couple. Notre couple n’est absolument pas en danger, je veux être clair sur ce point. C’est la conséquence de toutes les opérations qu’elle a subies depuis quelques mois. Là aussi, je dois rétablir la vérité : il n’y a eu aucune opération de chirurgie esthétique ; c’étaient uniquement des problèmes dentaires, de cloison nasale et de sinus. ».

Par ailleurs, selon l’écrivaine, Sophie Adriansen, qui a écrit le livre ‘Une américaine à Monaco’, Charlène de Monaco aurait dû se servir de l’exemple de son illustre belle-mère, la prince Grace Kelly, qui était connue pour sa joie de vivre. Contrairement à l’américaine, Charlène ne s’est pas entourée d’amis « solide » pour l’aider dans son rôle de première dame.

Lors d’un voyage à Buckingham pour une visite officielle envers la reine Elisabeth II, Grace Kelly savait exactement ce qu’elle ne voulait pas être. Elle fut « refroidie » par les nombreux protocoles en Angleterre et le manque de liberté accordée aux membres de la famille royale. « La reine était isolée, quand Grace se sentait au quotidien en prise avec la réalité du monde, et quand elle était à Monaco, en prise avec la réalité de la vie des sujets », a confié l’écrivaine.

Laisser un commentaire