Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam, addictions douloureuses – vérité éprouvante

0
598

La fille de Caroline de Monaco est au centre de toutes les attentions. A en croire le magazine people Ici Paris, son couple serait au bord de l’implosion. D’ailleurs, le couple avait décidé de divorcer avant que Caroline de Monaco, émette un refus catégorique. Il serait inenvisageable pour la sœur d’Albert de Monaco, qu’une divorce entache l’image du palais princier.

Selon la publication, les confinements à répétition auraient eu de lourdes répercussions sur leur mariage. Charlotte Casiraghi, connue pour être très active n’aurait pas supporté le manque d’activité, ainsi qu’un époux qui surveillait tous ses faits et gestes. Le couple a très mal vécu cette période de restriction.

En cette période très tendue, beaucoup de personnes tentent de passer le temps comme elles le peuvent. Quant à d’autres, la cohabitation avec l’autre partenaire reste très difficile. La promiscuité, le manque d’activité, les tensions liées au coronavirus dont on ignore la fin, amènent les couples à se disputer davantage et engendrent des tensions plus importantes qu’à l’accoutumée.

Bien que le couple soit très actif sur les réseaux sociaux, ils n’ont pas réagi à cette rumeur de séparation qui s’est propagée sur la toile comme une traînée de poudre. Toutefois, Dimitri Rassam, s’est livré en toute transparence les addictions qui ont frappé sa vie. Si lui a réussi à ne jamais tomber dedans, ce n’est pas le cas de son ex beau-père, Gérard Depardieu, qui l’a élevé comme un fils.

« Je n’occulte rien de la trajectoire que fut celle de mon père. Il est mort plus tôt que d’autres, la fulgurance consume plus vite. Je ne suis pas dans l’autodestruction, je ne fume pas, j’ai dû boire mon premier café à 26 ans, je suis à l’opposé de l’excès », a-t-il confié, soulignant que sa mère a été d’une aide précieuse pour ne pas tomber dans les addictions.

A la mort de son père, elle a été très présente et leur a donné beaucoup d’amour et de tendresse. « J’ai reçu énormément d’amour, d’affection, je n’ai jamais ressenti un vide qui ne fut pas comblé. Ma mère n’aurait jamais toléré que je ne sois pas dans la logique de faire, j’ai cela en moi », a-t-il annoncé à nos confrères de Madame Le Figaro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici