Charlotte Casiraghi, terrible dépression – la véritable raison de son absence de Paris

0
211

C’est pour une raison bien précise que Charlotte Casiraghi choisi de dépenser une partie de son temps à Paris.

 
La fille de Caroline de Monaco semble préférer la vie à Paris qu’à celle du Palais. La jeune femme aime à passer du temps avec son mari et ses enfants dans la capitale. La raison de cette évasion du Rocher serait liée à sa santé mentale. Charlotte Casiraghi supporterait mal la pression qu’impose la vie sur le Rocher. Pour son bien-être, elle choisi de s’écarter. 


Et elle ne serait pas le seul membre de la famille princière de Monaco à ressentir cette pression. Ce serait le cas notamment de la princesse Charlène qui, selon les révélations du prince Albert II, serait en proie à une grande fatigue psychologique. Avant elle, la princesse Stéphanie de Monaco a connu le même problème. Et sa belle-mère, la princesse Grace, n’y a pas échappé. 


La princesse Grace de Monaco fut atteinte d’une grave dépression, a révélé le journaliste Joel Stratte-McClure qui travailla pour les magazines Herald Tribune, Time et People. Dans Page Six, la page ragots du New York Post, il confie que la mère du prince Albert II fut « victime d’une terrible dépression durant les premières années de son mariage, comparable à ce que traverse Charlène aujourd’hui ». 


Charlotte Casiraghi pourrait avoir trouvé la solution au problème: quitter la principauté de temps en temps pour se renouveler les idées. La maman de Raphaël et Balthazar a même vécu quelques mois en Italie avant son mariage avec Dimitri Rassam. A l’époque, elle était en couple avec le réalisateur Lamberto Sanfelice. 


En l’absence de Charlène de Monaco au Rocher, l’épouse du prince Albert II se reposant désormais à l’étranger selon les explications de ce dernier, c’est la mère de Charlotte Casiraghi qui a pris le relai. Notamment auprès des jumeaux Jacques et Gabriella pour qui elle serait devenue une deuxième maman en attendant le rétablissement de l’ancienne nageuse professionnelle. 


La princesse Caroline de Monaco apparait comme inébranlable par les situations. « Moi, je suis inconsolable », affirmait-elle dans les colonnes de Madame Figaro. La soeur aîné du prince Albert a perdu dans un accident tragique son mari et père de ses premiers enfants, Stefano Casiraghi, alors qu’il n’avait qu’une trentaine d’années. Elle s’était réjouie au cours de cet entretien d’avoir « traversé le chemin parcouru ». 

Laisser un commentaire