Claire Chazal, douloureux traumatisme – vive rancœur envers Étienne Mougeotte …

0
220

A l’annonce du décès d’Etienne Mougeotte, Claire Chazal s’est souvenu avoir vécu comme un traumatisme leur première rencontre.

Il a été pendant vingt ans, entre 1987 et 2007, le numéro 2 de Patrick Le Lay. Étienne Mougeotte est décédé ce jeudi à l’âge de 81 ans des suites d’un cancer. Reconnu comme l’un des plus grands professionnels de l’audiovisuel, il a œuvré au succès de TF1 à sa privatisation, après son travail acharné à Europe 1 pour qu’elle devienne la première radio de France.

On se souvient aussi de lui comme le patron du Journal du Dimanche ou encore du Figaro dont le site site s’est classé numéro un lorsqu’il en était le directeur. A la fin de sa carrière, Étienne Mougeotte est revenu à l’écriture. Et parmi les personnes qui ne risquent pas d’oublier de sitôt son talent d’écrivain, on note  Claire Chazal et Patrick Poivre d’Arvor.

Dans son livre Pouvoirs, sorti le 3 février 2021 aux éditions Calmann-Levy, Étienne Mougeotte revient sur son parcours professionnel aussi bien dans l’univers audiovisuel que celui des médias, et fait aussi des révélations sur ces deux grandes figures de TF1 qui ont partagé durant quelque temps une idylle. Les deux présentateurs du JT de TF1 ont même eu ensemble un fils.

Étienne Mougeotte qui était leur patron a révélé dans son livre leurs avoir donné des surnoms assez particuliers. Il les comparait à des acteurs. Ce qui est plutôt flatteur. « Vous êtes la Elizabeth Taylor et le Richard Burton de TF1 », leur disait-il assez souvent. Mais il livre aussi certains détails sur ces deux célébrités de l’audiovisuel comme le rapporte Le Parisien.

« Patrick Poivre d’Arvor est à l’époque ‘un personnage qui suscite une réelle fascination’ et écoute les remarques ‘mais n’en pense pas moins' », soutient Étienne Mougeotte concernant le journaliste qui a été accusé de plusieurs agressions sexuelles au mois de juillet dernier. « Avec Claire Chazal, sa relation est ‘plus affective' », poursuit le journal. « Je sens bien que la critique la touche », écrit l’ancien patron.

Claire Chazal évoquait lors d’une interview qu’elle accordait à Europe 1 sa rencontre avec l’ancien numéro 2 de TF1. Elle s’est ainsi souvenu que lorsqu’il l’embaucha en tant que stagiaire, il lui fît remarquer qu’elle n’était pas faite pour le métier de journaliste, a rappelé le magazine Voici. “Quelques années plus tard, c’est pourtant cet homme ‘relativement misogyne’ qui l’a recruté sur TF1, où elle restera 25 ans”, commente la publication.

Laisser un commentaire