David Hallyday, frôle le pire – cette anomalie qui l’a chamboulé !

0
0

David Hallyday a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. Et pour cause, le mariage de sa fille aînée, Ilona Smet avec un riche banquier d’affaire à fait la Une de tous les magazines. Si le fils de Johnny Hallyday semblait très heureux de cette union, il a été peu bavard à ce sujet. Rappelons que le fils de la chanteuse Sylvie Vartan a érigé une muraille quasiment infranchissable sur sa vie privée.

Rare sont les moments où David Hallyday évoque sa vie privée, si ce n’est lors de la guerre autour de l’héritage de son illustre père, Johnny, décédé en décembre 2017, des suites d’un long combat contre un cancer des poumons. En effet durant plusieurs années, sa belle-mère, Laeticia Hallyday a mené la vie dure à David Hallyday et à sa soeur Laura Smet, pour qu’il ne perçoivent aucun centime de l’héritage de leur père.

Après un long combat médiatique et juridique, les enfants aînés du taulier ont fini par avoir gain de cause, mais cela ne s’est pas fait sans perte et fracas. Et pour cause, David Hallyday avait avoué avoir été extrêmement marqué par cette guerre autour de la succession de son père et qu’il avait une seule hâte : tourner la page de ce drame.

 » La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus », a confié le mari de la richissime héritière monégasque, Alexandra Pastor. Le père de trois enfants se réfugie dans la musique, quand il traverse des turbulences dans sa vie.

Avant de poursuivre : « Comme tout le monde le sait, rien n’est facile dans la vie, a-t-il regretté. Je gère ça [la polémique, ndlr] en me noyant dans le travail, en étant avec ma famille et mes amis. Mentalement je suis très fort, mais ça n’empêche pas la souffrance. Cependant, cela me permet de contrôler cette dernière. Et ça me permet surtout de pouvoir continuer à avancer. Avancer, c’est ce qu’il y a de plus important. La liste des rêve est encore longue ».

Si David Hallyday ressemble beaucoup à son père, il y a bien un défaut qu’il ne tient pas de lui. En effet, Johnny Hallyday était atteint de « la fièvre acheteuse » et il dépensait sans comptait, selon son ex impresario, Jean Pons. « L’argent, Johnny ne sait pas ce que s’est. Il est l’un des rares hommes du spectacle à se comporter aussi peu en homme d’affaires », a-t-il lâche.

Laisser un commentaire