David Hallyday, vit un enfer – destin brisé

0
4120

Depuis plusieurs années, David Hallyday est au centre de nombreuses rumeurs qui ont fait couler beaucoup d’encres. Même s’il a érigé une muraille quasiment infranchissable sur sa vie privée, régulièrement des confidences sont révélées à son sujet. La dernière en date, reste tout de même le conflit de la famille Hallyday, autour de l’héritage de Johnny, décédé en 2017 des suies d’un long combat contre un cancer des poumons.

Cette affaire a été, en effet très médiatisée, au point que David Hallyday a décidé pendant plusieurs mois de ne plus évoquer la question en public. Après plusieurs années de conflit, le clan Hallyday a fait le choix de signer en accord dans le plus grand secret. A l’époque, le fils de Sylvie Vartan avait confié avoir tourné la page de cette guerre sans merci.

« Chacun gère ses souffrances à sa manière […] en ce qui me concerne, ce qui était irréparable reste irréparable, des choses sont parties à jamais parce que l’on a dépassé le seuil de tolérance », avait-il annoncé lors d’une interview accordée au magazine people Télé Loisirs.

Avant de poursuivre : « La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus ». Si le fils de Johnny Hallyday semble avoir tourné la page de ce conflit, ce n’est pas le cas de sa sœur, Laura Smet.

 » J’ai dû voir mon père depuis 5-6 ans avant sa mort plusieurs fois en cachette, et ce n’était pas facile, ni pour lui, ni pour moi. Lorsque mon père est décédé, j’ai écrit cette lettre ouverte posthume, et croyez-moi j’y ai bien réfléchi, parce que pendant plus d’un mois, j’ai fait plusieurs tentatives pour entrer en relation avec Laeticia, mais je n’ai jamais eu de réponse de sa part », a-t-elle indiqué.

Avant de poursuivre :  « Il n’y aura jamais de paix possible. A partir du moment où elle a franchi la ligne qui est de nous empêcher de dire au revoir à notre père. J’étais avec ma mère ce jour-là. On a attendu quatre heures dans le salon pour qu’on puisse dire au revoir à mon père « .

Laisser un commentaire