Delphine Jubillar : Le domicile de son amant a été perquisitionnée ! Confidences inédites

0
913

L’année dernière la disparition de Delphine Jubillar était au centre de toutes les actualités. L’enquête continue pour déterminer si son époux Cédric Jubillar serait l’auteur de sa disparition mystérieuse. Malgré sa mise en examen, peu d’informations circulent sur ce dossier très médiatisé. La jeune infirmière a été vu pour la dernière fois dans sa maison de Cagnac-les-Mines, près de Toulouse. 

« Son mari Cédric Jubillar a été mis en examen pour meurtre conjugal, mais en l’absence de corps et de preuves tangibles, il est toujours présumé innocent . Ses avocats ont souvent pointé le manque de recherches du côté de l’amant de Delphine et de son compagnon, qui était en contact avec Delphine le jour de la disparition . D’après le parisien, Mon Jean-Baptiste Alary, Alexandre Martin et Emmanuelle Franck auraient ainsi exprimé leurs regrets sur des pistes peu explorées lors d’une audition à huis clos le 16 novembre », a rapporté un confrère.

A l’heure actuelle, aucun élément suspect n’a encore été trouvé concernant son amant, qui habite la ville d’à côté Montauban. Celui-ci avait appelé Delphine Jubillar le 15 décembre, pour évoquer notamment sa séparation avec son péux, Cédric. A 14h22, Delphine Jubillar lui écrit : « Je vais me retirer, être discrète, te laisser digérer la nouvelle et te laisser en famille comme tu veux. Bonne journée » .

Les appels que l’ex-compagnon de l’amant passera alors pour joindre l’infirmière resteront sans réponse. Des communications qui semblent claires, le téléphone portable de Delphine montre également qu’elle ne l’a pas éteint dans la nuit du 15 au 16 décembre. En effet, son téléphone avait borné à son domicile.

Son amant était marié à une femme et cette dernière ignorait sa liaison jusqu’au jour, où elle est tombée sur des SMS. « Il s’agissait d’une simple relation de confiance, une relation platonique jusqu’au jour où elle est tombée sur un message de l’infirmière avec un coeur », a confié un enquêteur.

Quant à son mari, Cédric Jubillar, il a déclaré : « Si elle a un amant, je la lui ferai à l’envers… ». Emprisonné à la maison d’arrêt de Seysses depuis le 18 juin 2021 et mis en examen pour « homicide sur conjoint », ses nombreuses demandes de liberté conditionnelles ont toutes été refusées.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire