Denitsa Ikonomova, fait son mea culpa vers Camille Lellouche, qui livre un récit épouvantable

0
170

La célèbre danseuse professionnelle, Denitsa Ikonomova, a fait couler beaucoup d’encres ces dernières semaines. Selon le magazine people Closer, la ravissante brune, qui a officié pendant plusieurs saisons dans l’émission ‘Danse avec les stars sur TF1’, serait en couple avec un autre membre du jury, François Alu.

Les nombreux regards échangés durant l’émission et leurs sorties dans les rues de Paris, auraient mis la puce à l’oreille à de nombreux internautes, qui ont souligné leur grande complicité. Si Denitsa Ikonomova, est connue pour une femme très généreuse, elle ne porterait pas dans son coeur, Camille Lellouche, qui serait à l’origine de sa rupture avec son ex, Rayane Bensetti.

Toutefois, son avis sur sa rivale pourrait changer face aux commentaires poignants de Camille Lellouche, lors d’une interview accordée à la journaliste, Audrey Crespo Mara, pour le compte de l’émission ‘Sept à Huit’, diffusée sur TF1. La comédienne et chanteuse a avoué un passé douloureux. Elle a notamment confié avoir été victime de violences conjugales.

« Les violences psychologiques tous les jours, physiquement trois quatre fois par semaine, je ne vivais même plus […] Il me disait que c’était de ma faute, que c’est moi qui le poussais à bout, que je méritais […] Je m’excusais à chaque fois. Au bout d’un moment t’as tellement peur, je suis passée de 52 kg à 40 en deux mois. Je suis devenue une ombre », a indiqué Camille Lellouche.

Avant de poursuivre : « Quand t’as quelqu’un de très costaud, t’as pas le choix quoi surtout quand tu fais 40 kg […] tu vas pas loin. On te tient, on t’empêche même de respirer ». Au fur et à mesure, les violences sont devenues de plus en plus intense, au point d’atteindre un point de non retrou.

« Un jour, au bout de quelques mois, je n’ai pas envie de faire l’amour avec lui. Il m’insulte, me met des droites dans tous les sens, des coups de coude dans le dos, et j’ai commencé à me pisser dessus. (…) Je le lui dis (…) et il me dit ‘je m’en fous’. (…) J’ai dormi dans ma pisse, par terre, sur le sol, sur le plancher. L’humiliation la plus totale. », a-t-elle avoué.

Avant d’aouter : “C’est la première et la dernière fois que j’en parlerai. Je le fais parce que j’ai 35 ans, que j’aimerai être maman un jour et qu’il faut me libérer de tout ça. Je n’ai pas du tout envie que si j’ai une petite fille un jour ou un petit garçon, elle vive ça… J’ai ce devoir.”

Laisser un commentaire