Disparition de Delphine Jubillar : Sa sœur livre un détail effroyable !

0
207

Lors de la marche organisée ce samedi 12 juin en l’honneur de Delphine Jubillar, sa sœur Stéphanie s’est exprimé pour la première fois en public.

L’infirmière de 33 ans a disparu depuis le 15 décembre 2020. Après cette soirée, plus personne ne l’a revue. Depuis, ses proches font tous leurs efforts pour la retrouver. En mai 2021, alors qu’elle était portée disparue depuis 5 mois déjà, ses amies ont organisé une battue. Ce 12 juin, c’était au tour de ses collègues de la clinique Claude-Bernard d’Albi.

Ces derniers, ainsi que des proches de Delphine Jubillar, ont pensé une marche blanche en son honneur. Ils étaient au total 70 personnes parmi lesquelles Cédric Jubillar et son fils aîné Louis, les amies proches de l’infirmière, mais également ses frères et sœurs. Depuis sa disparition, Sébastien et Stéphanie sont restés en retrait. Cette fois, ils ont décidé de prendre part à la marche symbolique.

Mais pas seulement. Stéphanie, pour la première fois également, s’est exprimée en public, après la prise de parole de Michelle Andrieu, une aide-soignante qui formait un binôme avec Delphine Jubillar la nuit au sein du service gériatrie. «Tant que nous n’avons pas de nouvelles, il reste le petit espoir d’une bonne nouvelle », a affirmé selon le rapport du Parisien, Stéphanie, la grande sœur de Delphine Jubillar.

Stéphanie reste persuadée d’une version toute autre que celle à laquelle songe Cedric Jubillar, selon laquelle l’infirmière serait partie volontairement. Pour Stéphanie, sa sœur n’aurait jamais pu abandonner ses enfants, Louis 6 ans (qui a accompagné son père lors de cette marche), et Elyah qui a eu 2 ans le 11 mai dernier.

« Delphine était une personne dynamique qui adorait ses enfants et son travail. Au moment de sa disparition, on préparait Noël ensemble et rien ne laissait présager ce qui allait se passer », a affirmé Stéphanie. « Tout ce qui est organisé, la marche d’aujourd’hui comme les opérations de recherches, nous fait du bien. Cela montre que Delphine est toujours dans nos esprits. Il faut laisser le temps aux enquêteurs de faire leur travail », a-t-elle poursuivi.

L’enquête, elle, suit son cours. Et même si les recherches menées n’ont à ce jour pas porté de fruits, d’après une publication ce lundi 14 juin du site de la radio, c’est un minimum de 700 gendarmes et 35 militaires qui avaient été déployés les 15 premiers jours après la disparition de Delphine Jubillar. La justice poursuit les investigations dans le cadre d’une information pour enlèvement et séquestration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici