Disparition de Delphine Jubillar: un témoignage troublant…

0
967

Bien que tous les regards sont tournés vers le mari de Delphine Jubilar, ce dernier n’est pas le seul suspecté dans la disparition de l’infirmière. Un autre homme a également retenu l’attention. 

L’époux de Delphine Jubillar, dont cette dernière prévoyait de se séparer pour s’installer avec le nouvel élu de son coeur, est considéré comme le suspect numéro 1 concernant sa disparition qui s’est déroulée dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Depuis, aucune trace de la jeune femme du Tarn. 

Cédric Jubillar, lui, se trouve depuis un an en détention provisoire à la maison d’arrêt de Seysses en Haute-Garonne, et ne cesse de clamer son innocence. Pour ses avocats, le dossier de leur client n’est pas garni en preuves. Le conseil a évoqué notamment cet autre suspect qui, d’après eux, a été trop vite mis de côté.  

Les avocats de Cédric Jubillar, dans le cadre de la défense d’une demande en liberté de leur client, étaient particulièrement revenu sur le témoignage surprenant d’un homme ayant avoué l’assassinat… par SMS à sa conjointe. « J’ai bien tué Delphine. Elle ne voulait pas quitter son mari et ses enfants. Je l’ai frappée et enterrée dans le travers », avait-il écrit. 

 « J’ai tué une femme, elle travaille de nuit. Elle n’a pas voulu quitter son mari pour moi. Je ne suis pas fier, je vais mettre des fleurs sur son corps et basta », confiait-il encore. L’un des trois avocats de Cédric Jubillar, Me Jean-Baptiste Alary, déplorait le fait que les enquêteurs n’aient pas convoqué pour une audition l’épouse de cet homme. 

Dans les colonnes de Femme Actuelle, Me Amary a tout de même souhaité indiquer qu’une femme est passée « à la gendarmerie le 25 décembre 2020 pour montrer les SMS qu’elle avait reçus de son ex-mari » : « Elle a été auditionnée. Elle a déclaré aux gendarmes qu’il lui semblait que son ex-mari connaissait bien Delphine Jubillar car ils étaient dans le même lycée », a-t-il déclaré. 

« Cette question a été posée au principal intéressé trois jours plus tard, le 28 décembre à 18h55, et ce dernier a répondu : ‘Non, pas du tout. Elle est beaucoup plus âgée que moi’. Alors que Delphine Jubillar a seulement quelques mois de moins. On s’est contentés de cette réponse, sans aucune contradiction apportée. Rien n’a été fait. Aucune perquisition, rien », a regretté l’avocat. 

Laisser un commentaire