Accueil people Disparition de Delphine Jubillar : une nouvelle piste très prometteuse !

Disparition de Delphine Jubillar : une nouvelle piste très prometteuse !

0
1254

Personne ne l’a revue depuis le 16 décembre dernier. Et ses proches ne croient pas qu’elle ait fait le choix de disparaître.

Delphine Jubillar, demeurant dans le village de Cagnac-les-Mines avec sa famille, est partie de chez elle le 16 décembre afin de promener ses chiens. Elle n’avait alors sur elle que son téléphone portable. Cependant, la jeune femme n’a pas repris le chemin du retour vers son domicile. Et personne ne sait pourquoi.

Depuis, une battue pour retrouver l’infirmière a été organisée. Un couteau et certains objets ont été trouvés durant ces recherches mais le lien avec la disparition de Delphine Jubillar n’a pas été établi. « Elle est partie sans papiers, sans argent, et son fort attachement à ses deux enfants renforce l’idée d’une piste criminelle pour expliquer qu’elle ne donne aucune nouvelle », a indiqué une source dans Le Parisien paru le 24 décembre dernier.

L’autre élément qui fait penser à ses proches que Delphine Jubillar ne serait jamais parti d’elle-même est la phobie dont elle souffre : la peur du noir. La jeune infirmière « avait même peur de se rendre seule la nuit à l’infirmerie de la clinique », a indiqué l’époux de l’une de ses collègues. Désormais, c’est surtout la piste criminelle qui est privilégiée.

C’est Cédric Jubillar, son époux avec qui elle a eu deux enfants et est en instance de divorce, qui a prévenu les autorités. Seulement, aujourd’hui, il n’est pas très avantagé et est même comparé à Jonathann Daval. « Tout le monde dit que c’est moi et tout le monde parle de l’affaire Daval », a-t-il confié  auprès du Parisien.   

Le 23 décembre, après l’ouverture d’une information judiciaire, une perquisition a été réalisée au domicile de Delphine Jubillar. Selon La Dépêche, cette perquisition a été effectuée par la section recherche de Toulouse, mais «aucune découverte intéressante » n’a été faite, d’après le rapport de la procureure adjointe de Toulouse, Alix Cabot-Chaumeton.

Cependant, «le dispositif de recherche est maintenu» jusqu’au dimanche 27 décembre. Les brigades nautiques de Marseillan et Saint-Cyprien ont également été mises à contribution au lac de la Roucarie. Les militaires quant à eux continuent avec le porte-à-porte dans la commune, ainsi que le ratissage des bois tout autour du domicile. « Les recherches et investigations ayant mobilisé en continu des moyens considérables, ne discriminant aucune piste ou hypothèse à ce stade, n’ont pas permis de découvrir cette personne ou de déterminer les circonstances de sa disparition, dont rien n’indique qu’elle a pu être volontaire », a indiqué le procureur de la République de Toulouse.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici