Elisabeth II : les raisons pour lesquelles elle ne veut pas abdiquer malgré ses graves problèmes de santé !

0
1133

La reine Elizabeth dit qu’elle n’abdiquera pas du trône « à moins que je n’aie la maladie d’Alzheimer ou que j’aie un AVC » Un extrait du nouveau livre, The Queen , illustre que la monarque britannique vieillit peut-être, mais elle ne se retirera pas de sitôt. Au fil des ans, ceux qui m’ont semblé les plus heureux, les plus satisfaits et les plus épanouis ont toujours été les personnes qui ont vécu les vies les plus extraverties et les plus altruistes », a déclaré Elizabeth aux téléspectateurs de son émission de Noël en 2008.

C’était la fin de une année au cours de laquelle, à l’âge de quatre-vingt-deux ans, elle avait effectué plus de 400 engagements britanniques et outre-mer. Plus implacable que celle de n’importe lequel de ses prédécesseurs, sa vie publique satisfaisait son sens du devoir. Dans la vieillesse, comme pendant tout son règne, elle comportait des longueurs. À la question non gardée du président français Nicolas Sarkozy de savoir si elle s’est jamais ennuyée, lors d’un banquet d’État en son honneur en mars, Elizabeth avait répondu : « Oui, mais je ne le dis pas. »

Pendant vingt ans, la force de son autodiscipline avait distingué Elizabeth des membres plus jeunes de sa famille. La photographe américaine Annie Leibovitz a quitté une séance avec le monarque en avril 2007, impressionnée par « la détermination d’Elizabeth, son dévouement au devoir ». « Il n’y a absolument et précisément aucun programme de formation », a déclaré Edward aux réalisateurs de documentaires en 2007, à propos du « travail » royal. 

Avec des résultats mitigés, Elizabeth et Philip avaient toujours cherché à montrer l’exemple : l’observation de l’appétit indéfectible de leurs parents pour le service public et, dans le cas d’Elizabeth, son humilité publique, ont fourni le « plan de formation » de leurs enfants. Le discours d’Elizabeth lors d’une fête du soixantième anniversaire de Charles en novembre 2008 a loué sa fidélité au couple royal.

Elle n’envisageait pas d’abdiquer, a-t-elle dit à sa cousine Margaret Rhodes, « à moins que je n’aie la maladie d’Alzheimer ou que j’aie un accident vasculaire cérébral » ; lors de sa retraite en tant qu’archevêque de Cantorbéry en 2003, elle a expliqué à George Carey « c’est quelque chose que je ne peux pas faire. Je vais continuer jusqu’à la fin. » 

« Je pense parfois que ses conseillers ne réalisent pas qu’elle a quatre-vingt-trois ans. Peut-être qu’elle ne veut pas qu’ils la ralentissent », a déclaré Margaret Rhodes après le retour d’Elizabeth d’une tournée dans les Caraïbes en novembre 2009. partagé par ses conseillers. Compte tenu des niveaux élevés de soutien du public, en 2006, un sondage MORI a révélé que quatre-vingt-cinq pour cent des personnes interrogées étaient satisfaites « de la façon dont la reine fait son travail en tant que monarque » 

Laisser un commentaire