Elizabeth II perd son trône le 30 novembre prochain – la tension est à son comble !

0
489

Le 16 septembre 2020, la gouverneure générale de la Barbade, Sandra Mason, représentante de la reine Elizabeth II dans le pays, a annoncé que la Barbade serait enfin indépendante. « Le moment est venu de laisser complètement derrière nous notre passé colonial. Les Barbadiens veulent un chef d’État barbadien », avait annoncé Sandra Mason au moment du vote pour l’indépendance de l’île.

Sandra Mason a ajouté que d’ici le 30 novembre 2021, à l’occasion du 55e anniversaire de l’indépendance du pays, la Barbade rompra avec Elizabeth et prêtera serment à un président local de la Barbade en tant que chef de l’État. Ce faisant, la Barbade va devenir une république.

L’annonce n’a été une surprise pour personne sur l’île tropicale : le débat sur le républicanisme est bel et bien vivant depuis environ 40 ans. Cependant, le moment choisi par le gouvernement pour faire ses adieux à la reine a fait sourciller. L’économie de la Barbade, une île des Caraïbes orientales d’environ 280 000 habitants, dépend fortement de l’industrie du tourisme et malgré quelques efforts innovants, tels que la création d’un visa de travail à distance, les visiteurs ont été rares pendant la pandémie de COVID-19. 

Avec un taux de chômage proche de 13% en 2020, devenir une république n’est peut-être pas la priorité absolue de tout le monde. Pourtant, Mia Mottley, la populaire et charismatique Premier ministre du pays, est déterminée à le faire. Avec les récentes discussions sur la race dans la famille royale et une transition de pouvoir imminente dans la monarchie britannique, certains se demandent si la Barbade pourrait également déclencher un effet domino et remettre en cause l’influence de la Grande-Bretagne dans tous ses royaumes d’outre-mer, déjà affaiblis par le Brexit.

« C’était une distraction commode de COVID et de la crise économique dans laquelle nous nous trouvons », a déclaré Guy Hewitt, ancien haut-commissaire de la Barbade au Royaume-Uni et membre du parti d’opposition. Il pense que l’île est prête à faire la transition, mais qu’elle a également besoin de plus de temps pour réfléchir au processus et le faire correctement.

Alors qu’officiellement, le Royaume-Uni déclare respecter la décision du pays, officieusement, l’annonce de Sandra Mason a surpris de nombreux hauts responsables britanniques. Selon un diplomate de haut niveau s’exprimant sous couvert d’anonymat, la Barbade n’a pas averti le ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth que la séparation intervenait officiellement avant le discours du Trône, bien qu’elle en ait informé le palais de Buckingham. C’est quelque chose que certains diplomates auraient apprécié de savoir à l’avance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici