Emmanuel Macron blessé par Eric Zemmour !

0
292

Au cours de son entretien diffusé sur TF1, Emmanuel Macron a, au-delà de ses discours, été interrogé sur les propos d’Eric Zemmour. 


Durant l’entretien qu’il a accordé à Audrey-Crespo-Mara et Darius Rochebin ce dimanche 12 décembre et qui a été diffusé sur TF1, le président de la République a exposé, à moins de quatre mois de la présidentielle, le bilan de son quinquennat, apportant des détails sur différentes thématiques. 


Emmanuel Macron s’est notamment exprimé sur les propos dures qu’il avait tenu et qui ont pu avoir un impact négatif sur sa relation avec les Français. « Rediriez-vous ces phrases aujourd’hui? », lui a-t-il été demandé. « Certainement pas », a-t-il répondu, avant d’apporter des explications à ce changement. 


« Je suis arrivé avec une forme de vitalité, avec une volonté de bousculer que j’ai encore mais je ne mesurais pas suffisamment deux choses. La première c’est que nous sommes dans une société de la décontextualisation, vous dites deux mots et on les sort de leur contexte et ils paraissent affreux. On est à l’ère des bandeaux et des tweets », a-t-il commencé. 


« Ensuite, il y a des mots qui peuvent blesser et c’est jamais bon. Le respect fait partie de la vie politique donc j’ai appris », a poursuivi le mari de Brigitte Macron qui reste cependant convaincu de la nécessité d’un bouleversement des choses. « J’ai acquis une conviction, il faut bousculer », a-t-il déclaré. 


 « je reste avec autant de volonté de bousculer le système mais j’ai acquis une chose c’est qu’on ne fait rien bouger si on n’est pas pétri d’un respect pour chacun. Dans certains de mes propos j’ai blessé des gens et je pense qu’on peut bouger les choses sans blesser des gens. Ca je ne le referai plus », a-t-il dit avant de répondre à une question sur le discours d’Eric Zemmour au sujet de l’Islam. 


Emmanuel Macron a également déclaré avoir été « bléssé » par les propos de l’ancien journaliste de CNews à son sujet. Ce dernier avait affirmé concernant le président de la République: « Il est le grand vide. C’est un adolescent qui se cherche, on a l’impression d’un type qui n’est pas fini, on a l’impression de quelqu’un qui n’a les idées claires sur rien ».

Laisser un commentaire