Enrico Macias a touché le fond, il est dans un état désespéré !

0
3033

Le célèbre chanteur, Enrico Macias a été confronté à une année 2020 riche en émotions. il faut dire qu’il n’a pas été épargné. En effet, selon lui, ces derniers mois ont été très éprouvant. A 81 ans, il a été contaminé par le coronavirus, qui a fait des ravages sur son passage. Il a vraiment pensé que son heure était venue.

« J’ai attrapé ce fameux Covid, j’ai eu des symptômes qui ne correspondaient pas à tout ce qu’on disait. Je n’ai pas eu de fièvre, je ne toussais pas, mais j’ai eu des douleurs abdominales terribles », a -t-il indiqué avec beaucoup d’émotions. Fort heureusement, il a eu une version « légère » de la maladie.

Avant de poursuivre : « Heureusement, je n’ai pas été hospitalisé et j’ai été sauvé par les médecins. Tous ces gens-là qui sont partis et n’ont pas eu ma chance d’être sauvés de la maladie ». Le célèbre chanteur est très reconnaissant auprès du personnel soignant pour le courage et la détermination qui leur permet chaque jour de sauver des vies.

Par ailleurs, le magazine people France Dimanche a consacré un dossier sur l’artiste émérite et livre des nouvelles très préoccupantes à son sujet. Quelques semaines après avoir combattu le Covid 19, il décide de prendre un grand bol frais à l’extérieur et malheureusement, il fait une chute douloureuse et se casse le col du fémur.

Rapidement hospitalisé, il est opéré en urgence. « Ces soixante jours ont été difficiles à vivre. Je dormais beaucoup, mais mal, car on me réveillait tôt le matin pour les soins. […] Pour être honnête, j’ai également connu des moments de forte déprime. », a-t-il confié. Après une longue convalescence, il apprend une très mauvaise nouvelle, qui plombe son moral.

En effet, « Enrico Macias avait contracté un emprunt de 35 millions d’euros auprès de la banque Landsbanki en 2007, garanti par deux biens immobiliers, dont la villa du chanteur à Saint-Tropez. Mais en 2008, la banque était déclarée en cessation de paiement et en liquidation. L’établissement demandait alors à l’artiste de rembourser son prêt », a rapporté le magazine France Dimanche.

« J’ai passé dix ans la peur au ventre de perdre mon seul bien. J’ai sué pour l’avoir. J’ai travaillé près de cinquante ans pour obtenir ce privilège d’avoir une belle propriété », a confié le chanteur, qui ne comprend pas la décision du tribunal de Paris, qui tranche en faveur de la banque. Le chanteur perd tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici