Enrico Macias : cette mauvaise nouvelle qui a changé sa vie …

0
4031

L’année 2020 a été particulièrement difficile pour le célèbre chanteur, Enrico Macias. En effet, la star de 81 ans a dû faire face à la maladie, à un terrible accident, mais aussi à une terrible solitude qui a eu de lourdes répercussions sur son moral. Récemment, l’artiste émérite a fait des confidences renversantes sur les nombreuses épreuves au cours de sa vie.

Après avoir été frappé par le coronavirus, qui a engendré le chaos sur son passage, Enrico Macias n’a pas baissé les bras face au covid 19, qui l’a beaucoup affaibli à 81 ans. Après avoir dû faire face à des épreuves douloureuses, la série noire a continué pour l’artiste. En effet, il a été victime d’une terrible chute pour laquelle il a été opérée. Beaucoup pensait qu’il ne se remettrait jamais de cet accident.

Cette pandémie meurtrière a fait des ravages sur son passage et malheureusement, en France, le bilan est très lourd, avec plus de nombreuses personnes décédées du Covid 19. Enrico Macias a bien cru qu’il ne sortirait jamais la tête de l’eau. « J’ai attrapé ce fameux Covid et j’ai eu des symptômes qui ne correspondaient pas du tout à ce qu’on disait. Je n’ai pas eu de fièvre, je ne toussais pas, mais j’ai eu des douleurs abdominales horribles « , a-t-il révélé.

Avant de souligner :  « Heureusement, je n’ai pas été hospitalisé et j’ai été sauvé par les médecins. J’ai une pensée à tous ces gens qui sont partis et n’ont pas eu ma chance d’être sauvés par la maladie « . A la suite de plusieurs semaines de repos, dans son appartement à Paris, la star avait fini par décider de profiter de chaque moment de la vie. D’après lui, il a frôlé la mort.

Après la maladie et un confinement de plusieurs semaines, le père de famille a fait une chute à l’extérieur. Son col du fémur était cassé et Enrico Macias a été transporté aux urgences, où il a été opéré très rapidement. L’articulation de sa hanche a été remplacée par une prothèse afin qu’il puisse remarcher un jour.

« J’aurais pu finir paralysé, ou même disparaître. Ces soixante jours ont néanmoins été très difficiles à vivre. Je dormais beaucoup, mais mal, car on me réveillait tôt le matin pour les soins. Je suis en pleine rééducation après ma chute et je commence à remarcher un peu. Si j’avais pu et s’il n’y avait pas eu tout ce contexte de contraintes sanitaires, je crois que je serai allé à Lisbonne », a-t-il indiqué.

2

Laisser un commentaire