Françoise Hardy – euthanasie, aide surprenante de Nicolas Bedos

0
2145

Françoise Hardy – euthanasie, soutien de Nicolas Bedos

Françoise Hardy partage le même avis que Nicolas Bedos sur l’euthanasie. Elle ne souhaite pas souffrir si sa santé venait à se dégrader.

Le réalisateur exposait son point de vue sur cette option de fin de vie auprès de L’Obs. Nicolas Bedos se referait alors à la disparition de son père décédé au plus fort de la crise sanitaire. Françoise Hardy, sujette à divers problèmes de santé depuis 2014 s’est aussi exprimée sur la pratique encore interdite en France.  

Dans le cadre de l’interview qu’elle a accordé à L’Obs et qui est parue ce 13 mai, la chanteuse qui a toujours revendiqué son droit de mourir dans la dignité, vital selon elle à toute personne qui souffre, assure avoir murement réfléchi à ce sujet et pris sa décision Elle souhaite avoir recours à l’euthanasie si sa santé venait à se détériorer.

Seulement, « je ne suis plus en état de voyager et encore moins d’effectuer les démarches préalables très complexes requises pour une euthanasie », explique-t-elle. Aussi, elle affirme en avoir parlé avec deux médecins qui n’ont pas osé prendre le risque. « J’ai demandé à deux d’entre eux s’ils pourraient m’aider en cas d’échec de mon traitement. L’un m’a répondu qu’euthanasier était devenu trop risqué pour les médecins, l’autre a évoqué les soins palliatifs », confie-t-elle.

«Je suis angoissée à l’idée de devoir être hospitalisée… Mais on ne décide pas de mourir, ce sont les circonstances qui vous y amènent », ajoute-t-elle la chanteuse dans les colonnes de L’Obs. Durant la période où elle est restée hospitalisée pendant des mois, elle a eu des échanges à ce sujet avec les autres locataires de l’hôpital. « Pendant mes six derniers mois de clinique en 2019, j’ai parlé avec plusieurs personnes qui en étaient à la deuxième ou troisième récidive de leur cancer», dit-elle.

«Elles n’en pouvaient plus des traitements qui font autant de mal que de bien, et toutes aspiraient à la légalisation de l’euthanasie. C’est pareil pour moi », confie Françoise Hardy. D’après elle, il est important pour les personnes qui souffrent de « savoir que quand leur état de santé deviendra insupportable, le recours à l’euthanasie sera possible ».

La chanteuse supporte mal l’idée « qu’on laisse des malades incurables souffrir le martyre jusqu’à leur dernière minute et que  les médecins n’aient pas le minimum d’humanité requis pour abréger leurs souffrances ». Depuis le début de ses problèmes de santé, la mère de Thomas Dutronc a subi quarante-cinq séances de radiothérapie. Et aujourd’hui, elle doit encore vivre avec des « détresses respiratoires, des quintes de toux, des obstructions et des hémorragies nasales »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici