Ingrid Chauvin très proche d’Alexandre Brasseur, anéanti par le deuil

0
655

Son père, Claude Brasseur, est décédé ce 22 décembre à l’âge de 84 ans. Si les causes de sa mort n’ont pas été révélées, on est certain néanmoins qu’il n’est pas décédé suite à une contamination au covid-19. Selon Mathilde Seigner, l’acteur qui avait à son actif plus de 144 films n’était pas en très bonne forme  ces derniers temps.

«Je savais qu’il était vraiment  très mal en point. Je ne suis pas du tout étonnée de sa disparition», a-t-elle affirmé évoquant un sentiment de lassitude : « Moi j’ai le sentiment que c’est une génération […] qui en avait aussi marre de cette époque aujourd’hui. Je les comprends et j’ai envie de dire qu’ils sont mieux là où ils sont, en fait ».

Il y a à peu près trois ans, le comédien à subi un grave AVC, au point d’être plongé dans un profond coma. Son fils Alexandre Brasseur est évidemment très affecté par la disparition de son père. Sur Instagram où il compte 119 000 abonnés, le partenaire d’Ingrid Chauvin dans Demain nous appartient a suspendu son compte, rapporte Télé Star.

«Une manière  pour le comédien de 49 ans de vivre son deuil dans la plus stricte intimité, préservé des regards et sollicitations du public », commente le site Gala. Très proche de son père, Alexandre Brasseur est né dans une famille de comédien puisque ses grands-parents également ont fait carrière dans le cinéma. On le retrouve dans plusieurs séries télévisées dont Alice Nevers ou encore le Bureau des Légendes.

Au sujet de la série de TF1 Demain nous appartient, dans laquelle il joue aux côtés d’Ingrid Chauvin, Alexandre Brasseur racontait au mois de janvier dans Pure People une anecdote. « Vous êtes 4 millions en France à regarder Demain nous appartient, sauf mes parents ! Ça c’est clair ! » Pourquoi ? « Je ne sais pas, je crois que c’est l’heure où ils dînent. »

Alexandre Brasseur regrette de ne pas avoir passé plus de temps au sein de la cellule familiale « Très vite, vers 10 ou 11 ans, je suis parti en pension à Aix-en-Provence. C’était trop tôt. On fait des enfants pour les élever et vivre avec eux, même si ce n’est pas tous les jours. Les arracher au noyau familial pour les placer dans la cellule artificielle d’une pension… J’aurais très bien pu rester à la maison ! », révélait-il en 2019 dans les colonnes de Paris Match. Dans cette difficile épreuve, il peut néanmoins compter sur le soutien de sa partenaire dans Demain nous appartient !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici