Ingrid Chauvin, séquestrée, violée, elle évoque un calvaire effroyable !

0
31

La célèbre actrice, Ingrid Chauvin qui cartonne dans la série ‘Demain nous appartient’, diffusée sur TF1 a été particulièrement touchée par l’histoire tragique de Valérie Bacot, une femme qui a su de nombreuses violence de la part de son mari. Elle a fini par le tuer. « Battue, violée et forcée à se prostituer par son mari, Valérie Bacot, a fini par le tuer en 2016, après 24 ans de calvaire », a relayé la comédienne émérite sur instagram.

Elle avait auparavant tenté en vain de l’empoisonner avec un somnifère, et elle a dit qu’elle savait qu’il préparait leur fille de 14 ans pour un viol en série. Elle était fatiguée des années d’abus et d’être prostituée à des étrangers dans le minibus familial, alors elle a fait ce qu’elle pensait devoir faire.

« J’ai pris l’arme », a-t-elle déclaré dans une interview touchante au Parisien avant son procès pour meurtre le 21 juin qui pourrait l’envoyer en prison à vie.  » Il y avait un grand bruit, le flash, l’odeur. Je suis sortie de la voiture, j’ai ouvert la portière, il est tombé. J’ai seulement pensé à me sauver parce que j’étais sûre qu’il allait me tuer ».

Valérie Bacot a ensuite dit à ses enfants aînés, qui, selon elle, sont nés d’un viol, qu’elle avait tué le monstre qu’ils appelaient leur père. Ils ont admis avoir aidé à enterrer son corps dans une forêt. Pendant tout ce temps, elle a mis de la terre sur la tombe creusée à la hâte. Elle a dit qu’elle craignait qu’il ne revienne à la vie. 

« La seule chose à laquelle j’ai pensé était de mettre de la saleté dessus », a-t-elle déclaré. Avant de poursuivre : « Parce que j’avais peur qu’il sorte et nous tue. ». Depuis lors, plus de 400 000 personnes ont signé une pétition demandant à Emmanuel Macron une grâce présidentielle qui pourrait sauver Valérie Bacot, bien que les opposants affirment que les présidents n’ont pas leur place devant les tribunaux. 

L’intérêt pour son cas a galvanisé ceux qui luttent contre la violence domestique, non seulement en France, mais également à travers toute l’Europe où, en moyenne, une femme est tuée tous les trois jours par un partenaire en colère.

Laisser un commentaire