Jacques Dutronc brisé, sa femme Françoise Hardy en fin de vie

La chanteuse qui lutte contre la maladie depuis des années ne souhaite pas finir sa vie dans des souffrances atroces.

Françoise Hardy a affirmé dans les colonnes de Femme Actuelle à qui elle accordait un entretien être «proche de la fin ». Son état de santé s’est détérioré en dépit du traitement qu’elle suit contre une tumeur du cavum (fosses nasales). Les effets secondaires sur son organisme se sont en effet révélés dévastateurs.  

«Les radios et immunothérapies qui s’en sont suivies ont eu des effets secondaires cauchemardesques qui me pourrissent la vie depuis deux ans et m’affaiblissent de plus en plus à cause de l’absence de salive, du manque d’irrigation de toute la zone ORL, d’un assèchement généralisé et des hémorragies nasales, des détresses respiratoires», a confié la mère de Thomas Dutronc.

«Je ne peux plus avaler grand-chose, et la préparation d’une alimentation, toujours la même, que je puisse avaler, me prend plus de cinq heures par jour », poursuit-elle. Au micro de RTL, elle évoquait la concernant un «état de souffrance vraiment cauchemardesque». Depuis, la chanteuse « devenue sourde » d’une oreille a dû mettre un terme à sa carrière. «On ne peut pas être chanteuse et être dans cet état-là, ce n’est pas compatible. J’ai ma gorge qui est fragile, je ne sais pas si je pourrais jamais m’en servir à nouveau », affirmait-elle également.

« Je ne suis pas sûre d’arriver à chanter à nouveau ni même d’en avoir envie parce que quand on est à moitié sourd, ça me paraît pas possible. J’ai 75 ans, je pense que j’ai assez chanté comme ça», poursuivait Françoise Hardy. Dans les colonnes de Femme Actuelle ce 15 juin, elle a dit son souhait d’en finir. « Mes souffrances physiques ont déjà été si terribles, que j’ai peur que la mort m’oblige à passer par encore plus de souffrance physique », a-t-elle commencé.

« De plus, la morphine étant asséchante, on ne pourra me l’administrer qu’en doses massives pour que je décède, et pas en doses plus légères pour que je souffre moins. J’ai peur aussi de l’immense chagrin de la forme de séparation avec les êtres qu’on aime le plus au monde qu’est la mort », a poursuivi la chanteuse aujourd’hui âgée de 77 ans. Françoise Hardy reste cependant conscience qu’aucun médecin n’acceptera de l’euthanasier vu sa popularité.

« J’aimerais avoir cette chance, mais étant donné ma petite notoriété, personne ne voudra courir encore plus le risque d’être radié de l’ordre des médecins », a-t-elle dit. Si Thomas Dutronc craint que sa mère ne se précipite trop dans sa volonté d’en finir, son père Jacques Dutronc semble par contre comprendre, a indiqué  Françoise Hardy lors de l’interview. « Jacques et moi sommes d’accord sur beaucoup de choses et il ne veut pas que je souffre de façon inhumaine à cause des séquelles de traitements trop lourds et de l’âge. Qui voudrait ça ? ».