Jean-Jacques Goldman : Sa fille Caroline livre enfin le fond de sa pensée …

0
387

Malgré son succès, Jean-Jacques Goldman s’est toujours montré discret auprès des médias. Ce qui n’est pas le cas de sa fille aînée, psychologue, qui n’hésite pas à intervenir face aux caméras.

Jean-Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman est père de six enfants dont la psychologue pour enfants, Caroline Goldman. Cette dernière n’a de cesse de dénoncer les dérives médiatiques dans le domaine de la parentalité, dont l’éducation positive et bienveillante, de plus en plus mise en avant dans les médias et qui s’inscrirait dans une forme de « révolution éducative ». 

La pédiatre Catherine Guegen, très présente sur les réseaux sociaux, est l’une des adeptes de cette forme d’éducation. La toile permet de toucher différentes catégories de personnes, dont les parents, les professionnels de la santé ou de la petite enfance. Elle sert aussi de plateforme pour dénoncer certains types de violences éducatives. 

Jean-Jacques Goldman

Mais l’accent mis sur cette méthode éducative est remis en cause par plusieurs, et particulièrement des spécialistes du domaine, dont Caroline Goldman, psychologue pour enfant et adolescents. Cela fait une vingtaine d’années que la fille de Jean-Jacques Goldman et Catherine Morlet, elle-même psychologue, exerce ce métier. 

Elle est titulaire d’un doctorat en psychologie de l’enfant et a enseigné durant quinze ans à l’université, révèle-t-elle dans son poscast. Caroline Goldman intervient aussi quelques fois dans l’émission Les Maternelles et a écrit des livres, dont l’un d’eux publié à Interéditions, est intitulé File dans ta chambre – offrez des limites éducatives à vos enfants. 

Jean-Jacques Goldman

Dans cet ouvrage, elle donne des conseils aux parents qui ne s’en sortent plus avec le concept de l’éducation bienveillante. Récemment, Caroline Goldman a accordé une interview à France Inter dans l’émission Sous le soleil de Platon, au cours de laquelle elle s’est exprimée sur les pièges médiatiques qui promeut des méthodes édicatives sous le label de l’éducation positive

Mais les conseils prodigués par la psychologue de 42 ans ne font pas l’unanimité. « C’est quand même dommage que vous vous fassiez connaître essentiellement en tapant sur l’éducation dite « positive » et en énonçant des idées reçues par ailleurs complètement fausses: celle-ci prônerait donc l’absence de cadre et le câlin comme seule solution à une colère d’enfant? », a notamment commenté un internaute à la suite de ses propos. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici