Jean-Luc Delarue : son père regrette de ne pas s’être opposé à l’union de son fils avec Anissa

0
110

Jean-Luc Delarue a rendu son dernier souffle le 23 août 2012, à la suite d’un long combat contre un double cancer. Récemment, TF1 lui a rendu un vibrant hommage, à travers un documentaire, qui retraçait sa vie. A l’occasion, ses proches et amis ont témoigné sur sa personnalité haute en couler, mais également sur ses excès, qui ont eu de terribles conséquences sur sa carrière. Toutefois, sa veuve, Anissa Khelifi, a brillé par son absence.

En froid avec ses beaux-parents depuis le décès de Jean-Luc Delarue, Anissa Khelifi a mené un long combat judiciaire contre ses derniers, qui ont souhaité faire annuler son mariage. Le père de Jean-Luc Delarue a accepté de revenir sur le jour du mariage de son fils avec Anissa. Et le moins que l’on puisse c’est qu’il n’en garde pas un très bon souvenir.

« J’étais le seul des quatre parents des deux mariés à être invité, ou en tout cas à être présent au mariage. Je n’ai jamais compris pourquoi, par exemple, les parents d’origine arabe et musulmane de la jeune mariée n’étaient pas là. Ce qui est très étrange, en particulier dans cette civilisation où les parents jouent un rôle très important, surtout les parents de la fille », a-t-il indiqué.

Avant de poursuivre : « Ça a été un choc parce que Jean-Luc était vraiment très très malade. Et il a quitté la cérémonie, les festivités à plusieurs reprises. Je crois que c’était à trois reprises. Il est descendu dans une chambre où il allait se reposer. Il était vraiment très mal en point. Il avait fait un discours qu’il avait lu, je ne sais pas si c’est lui qui l’avait écrit ou pas. Il y avait des choses qui me sonnaient vraiment un peu étrange ».

Jean-Claude Delarue avoue qu’il regrette de ne pas s’être opposé au mariage de son fils, à l’époque très affaibli par la maladie. « J’ai manqué vraiment une chose essentielle, c’est que j’aurais dû dire : ‘Mon fils n’est pas apte à se marier, et pas conséquent, je m’oppose au mariage’. Ça aurait été un scandale abominable, mais en tout cas j’avais une chance d’éviter qu’il soit pris en main comme il l’a été, qu’il soit capturé comme il l’a été ensuite », a-t-il lâché.  

Le père regrette de ne pas avoir pu faire ses adieux à son fils. « Nous avons été invités à une drôle de cérémonie au Père-Lachaise devant plusieurs tombes. On ne savait pas quelle était celle de Jean-Luc ou n’était pas la sienne, et ça a été particulièrement sinistre. En fait, il y a eu deux enterrements successifs, un qui a eu lieu le 24 août au Père-Lachaise, en catimini, et un deuxième qui a eu lieu en septembre au cimetière parisien de la ville de Thiais (Val-de-Marne). Mais ça, on n’a pas été prévenu. Je n’ai donc pas pu dire adieu à mon fils », a-t-il confié avec beaucoup d’émotions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici