Jean-Luc Reichmann, tâche de vin, harcèlement. Il se confie !

0
83

L’animateur de TF1 a fait aujourd’hui de cette différence un atout, et jure qu’il n’est pas prêt de s’en séparer. Pourtant il y a plusieurs années, alors qu’il n’était encore qu’un petit garçon, il aurait tout donné pour qu’on l’en débarrasse, tant elle le faisait  souffrir. Non pas que la tâche de vin sur son nez fut douloureuse du point de vue physique, mais elle fut longtemps source pour Jean-Luc Reichmann de moqueries et de harcèlements.  

Une situation qui a perduré jusqu’à ses débuts à la télévision. En effet, ne pouvant l’enlever, celui qui est aujourd’hui l’un des animateurs préférés des Français a dû apprendre à vivre avec cette tâche bien visible. «Quand un prof me disait : ‘‘La tâche, au tableau’’ devant 30 élèves, j’étais en perdition totale, à 14 ans», confiait-il dans les colonnes du Parisien en février 2020.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, plus que des enfants comme lui, ce sont les adultes qui ont constitué la véritable source de mal être chez Jean-Luc Reichmann durant son adolescence. Le 5 février 2020 sur Europe 1 dans l’émission de Christophe Hondelatte dont il était l’invité, Jean-Luc Reichmann confiait avoir accepté depuis que son angiome est en quelque sorte sa marque de fabrique.

Elle est ce qui aujourd’hui marque sa différence dans son milieu professionnel. En 2015, il sort le livre T’as une tâche, pistache ! « Quand je dis ‘‘t’as une tâche, pistache’’, c’est se moquer et prendre le revers de tout ça. Et finalement, cette souffrance rime avec chance. Le négatif, il faut arriver à le transformer en positif », indique Jean-Luc Reichmann.

L’animateur des 12 Coups de midi diffusé quotidiennement sur TF1 rappelle également ses débuts à la télévision et évoque la manière dont la tâche sur son nez était perçue, à la fois par ses collègues et le public. « Les journalistes me regardaient de biais. C’était un truc tabou… Ou alors c’était « mais vous allez présenter comme ça ? », confiait-il.

Il souligne que même les maquilleuses à ses débuts à la télé souhaitaient recouvrir de fond de teint sa tâche, afin de la faire disparaitre devant la caméra. «Maintenant, elles savent», dit-il. Ce qu’il espère, c’est que chacun apprenne «à s’aimer et à s’accepter » tel qu’il est, avec ses «particularités et spécificités physiques ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici