Jean-Pierre Pernaut, au plus mal- soutien indéfectible auprès d’une autre journaliste, victime de pression

0
23

Le célèbre journaliste, Jean-Pierre Pernaut vit une période très compliquée. Le mari de Nathalie Marquay a avoué il y a quelques semaines souffrir d’un cancer des poumons. Après avoir « fumer comme un pompier », selon un proche pendant plus de cinquante ans, aujourd’hui, le journaliste phare de TF1 regrette amèrement son comportement. Récemment, le père de famille a fait des confidences poignantes.

“J’ai été con de continuer à fumer. On m’a découvert une petite maladie qui arrive aux gens qui font la connerie de fumer. On a toujours l’impression que ça ne peut arriver qu’aux autres, mais quand on m’a dit que j’avais un cancer des poumons, je me suis dit que finalement […] tous les gens qui m’avaient dit d’arrêter de fumer avaient raison. Il aurait fallu que j’arrête plus tôt”, a-t-il annoncé.

Avant de poursuivre : “C’est évident que quand on fume beaucoup, il y a de grosses chances de terminer sa vie avec un cancer du poumon, ou en tout cas d’être bien embêté. J’espère ne pas avoir fini la mienne. Arrêter de fumer, ça paraît tellement évident quand on vous dit que vous avez un cancer, que je me dis que j’ai été con de continuer, malgré toutes les alertes qu’on me lançait.”

Aujourd’hui, il tente de sensibiliser ses nombreux fans sur les dangers de la cigarette. “Autant dire que je suis malade, qu’on se soigne contre ça, et que les médecins ont fait des progrès gigantesques. Si on peut faire passer le message que l’arrêt du tabac, ce n’est pas une connerie, eh bien peut-être que ça sert à quelque chose.” a-t-il lâché.

Récemment, celui que l’on surnomme JPP a démontré son soutien à la journaliste, Ophélie Meunier, qui vit sous protection policière, à la suite de son reportage sur la montée de l’islamiste en France, dans son émission de ‘Zone interdite’, diffusée sur M6. Cette situation n’est pas sans rappeler celle vécu par Jean-Pierre Pernaut et sa famille.

Alors qu’une menace terroriste planait sur sa famille tout le monde avait été mis sous protection policière, il y a quelques années. « TF1 nous a mis des gardes du corps pendant trois mois et demi, 24H/24. Quand je voulais monter dans ma voiture, ils regardaient en dessous, s’il n’y avait pas de bombe. Il ouvraient le coffre pour voir s’il n’y avait pas quelqu’un dedans. Même l’été pendant que je me baignais, il y avait quelqu’un avec moi », a confié Nathalie Marquay.

Laisser un commentaire