Jean Reno père de substitution de Jade Hallyday – terrifiante révélation sur la mort

0
107

Lors d’un entretien qu’il a accordé au Parisien, Jean Reno a évoqué sa peur de la mort. 

L’acteur serait si angoissé par la mort qu’il en perdrait parfois le sommeil. « Je suis contre le fait de changer l’histoire, de revenir en arrière. J’ai vu le spectacle de Ricky Gervais, ‘Supernature’, sur Netflix, et il évoque ce sujet », a confié Jean Reno qui sera bientôt à l’affiche sur C8 dans Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites. 

Dans ce feuilleton, adapté du roman de Marc Levy, le parrain de Jade Hallyday, la fille aînée de Leaticia Hallyday, joue le rôle d’un homme qui, décédé, va revivre sous la forme d’un androïde dont la raison d’être sera de prodiguer des conseils à sa fille. « L’humain, s’il ne mourait pas, il ne vivrait pas », a déclaré Jean Reno. 

« Qui est-on pour changer l’histoire? On se prend pour Dieu? C’est une vraie question. Moi je dirais non », a affirmé l’époux de Zofia Borucka lors de l’interview qu’il a accordée ce mois de juin au Parisien. Jean Reno ne semble ainsi pas prendre à la légère le sujet et révèle d’ailleurs à quel point il en est affecté. 

« C’est difficile à accepter parce que je suis à un âge où on pense à la mort tous les jours », a poursuivi l’acteur qui se rejouit d’avoir pris part à ce projet qui traite du sujet de la mort. Elle serait en quelque sorte une véritable préoccupation pour ce proche de Laeticia Hallyday et son regretté mari Johnny. 

« Il y a des soirs, je n’en dors pas. Trintignant il est parti, Bouquet aussi… Bouquet il est venu me voir au théâtre de Paris quand j’y étais avec Richard Berry. Bouquet, p*tain! Mon maître! », a livré l’acteur de 73 ans qui interprète le rôle d’un médecin, Reinaldo Gomez de la Cortine, dans la série mexicaine Qui a tué Sara, diffusée sur Netflix. 

Prochainement, en plus d’être à l’affiche du feuilleton adapté du roman de Marc Levy, ses fans pourront le retrouver sur Amazon Prime Video dans le rôle d’un majordome dans une fiction espagnole intitulée Un asunto privado. Une interprétation que Jean Reno a défendu au Festival de télévision de Monte Carlo

Laisser un commentaire