Laeticia Hallyday, Laura Smet, accord secret. Business très rentable !

0
1318

Après avoir échangé par médias interposés des salves cinglantes, Laeticia Hallyday et sa belle-fille aurait décidé d’enterrer la hache de guerre. Rappelons que la guerre autour de la succession de Johnny Hallyday a duré plusieurs années. C’est seulement en juin dernier, que le clan Hallyday a décidé de signer un accord et de passer à d’autres projets. Une solution a enfin été adoptée par cette famille déchirée.

« Consciente que la situation née de la remise en cause de ces décisions ne pouvait durer plus longtemps, Laeticia a émis le souhait de parvenir à une entente avec les aînés de son mari. Il en va de la paix réclamée par le deuil, comme de la sérénité qui doit habiter chaque famille », pouvait-on lire à travers un communiqué.

Le fils de Sylvie Vartan et de Johnny Hallyday était également impatient de mettre fin à ce chapitre de sa vie, qu’il juge douloureux. « La rage, je ne l’ai plus. Enfin, toujours un petit peu quand même. Il y a des choses qui ne guérissent jamais. Ce qui est fait est fait et personne ne pourra mettre un pansement là-dessus », a rapporté de David Hallyday auprès du magazine people Télé Loisirs.

Quant à Laura Smet, elle n’a pas mâché ses mots envers Laeticia Hallyday, dont les rapports ont toujours été très tendus.  » Il n’y aura jamais de paix possible. A partir du moment où elle a franchi la ligne qui est de nous empêcher de dire au revoir à notre père. J’étais avec ma mère ce jour-là. On a attendu quatre heures dans le salon pour qu’on puisse dire au revoir à mon père », a confié l’actrice de 36 ans lors d’un entretien accordé à nos confrères de Paris Match.

Pourtant, malgré des rapports électriques entre la veuve du taulier et sa belle-fille, les deux femmes, ont fait le choix de se retrouver dans la plus grande discrétion. En effet, elles se voient lors du partage des bénéfices liés aux ventes posthumes des albums de Johnny Hallyday, décédé il y a tout juste trois ans, à la suite d’un long combat contre un cancer des poumons.

« Sur fond de conflit, le business affiche, lui, toujours des records de vente. Numéro 1 des ventes Noël 2018, mon pays c’est l’amour, s’est vendu à plus de 1,8 millions d’exemplaires. Les maisons de disques lui ont versé 4,4 millions d’euros de royalties », ont rapporté nos confrères du Figaro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici