Le père de Christophe Dominici anéanti. Il livre une vérité effroyable !

0
2171

Découvert inconscient au sein d’un parc, récemment, la star du ballon ovale, Christophe Dominici, se serait donné la mort. Sa famille a été sous le choc, en apprenant ce drame, que ses proches n’ont pas vu venir. Néanmoins, sa mort a fortement étonné dans le monde du sport de haut niveau. Beaucoup de personnalités ont brisé le silence et ont tenu à lui rendre un vibrant hommage sur Facebook.

« Je suis tellement sous le choc. Christophe, c’était vraiment le mec hyper solaire, toujours à faire des blagues, il avait vraiment l’esprit du bon vivant sportif en fait (…) Il m’a ouvert les portes de sa famille, je connaissais sa femme et ses enfants. C’est quelqu’un qui était vraiment très chaleureux en fait, il avait tout pour lui », a indiqué son ami de longue date, Candice Pascal.

Bien que les premiers éléments de l’enquête dévoile un suicide, une enquête a été ouverte dans le but de connaître les causes de cette tragédie. En outre, son épouse réfute complètement la thèse du suicide. Pourtant, ces derniers temps, le célèbre rugbyman avait souffert d’une terrible dépression.

« Sa veuve rejette fermement la thèse du suicide. Elle l’a dit et redit aux enquêteurs », a annoncé le journal Le Parisien. Bien qu’il venait de sortir la tête de l’eau, sa femme insiste sur le fait qu’il n’aurait jamais pu se donner la mort. Pourtant un témoin sur place, a annoncé que « Christophe Dominici aurait fait une chute d’une dizaine de mètres après être tombé d’un toit », a rapporté la publication Public.

Le père du célèbre rugbyman, Jeannot Dominici a brisé le silence. Selon ses proches, ce dernier aurait indiqué ne plus croire en Dieu à la suite du décès de ses deux enfants. En effet, sa fille Pascale perd la vie en 1986, à la suite d’un terrible accident de voiture. Elle avait à peine 24 ans.

Toutefois, dans cette terrible épreuve, il peut compter sur le soutien de ses proches. « Bien sûr, il pleurait ! Il avait du mal à parler. Je lui ai dit :’ Jeannot à un moment donné il ne faut plus pleurer. Il va falloir te reconstruire, se relever les manches, toi, moi, tout le monde ». Et il m’a dit : ‘Je te promets’, a confié son ami Bernard Laporte.

Laisser un commentaire