Les spécialistes déconseillent fortement de s’épiler intégralement le maillot !

0
33

L’épilation intégrale présente plusieurs aspects négatifs, d’après les médecins. 

Avec l’été, les maillots s’invitent sur la place. Et par conséquent l’épilation. De plus la canicale amène plusieurs, durant les mois de juillet et août, à opter pour des vêtements qui dévoilent la peau. Certaines femmes choisissent de ne pas s’épiler, tandis que d’autres supportent mal de découvrir leurs corps couverts de poils. 

Pour ces dernières, impossible donc de se passer de l’épilation ou du rasage en été. Au delà de l’appréciation esthétique que chacun peut avoir concernant le fait de garder ou non ses poils, qu’est-ce qu’il en est réellement du point de vue santé? L’épilation intégrale est-elle conseillée par les spécialistes de la santé?

Certaines femmes optent pour l’épilation complète pour éviter des désagréments, en raison notamment des coupes de bas de maillots qui changent souvent. Elles sont ainsi certaines qu’aucun poil ne s’échappera de leur maillot pour s’afficher à la vue de tous, à la plage ou à la piscine. Des études sur cette pratique ont été menées partout dans le monde. 

D’après un sondage, à l’été 2017, 22% de femmes reconnaissaient opter pour une épilation intégrale, dont 45% âgées de moins de 25 ans. Cependant, d’après les experts, il s’agit d’une mauvaise décision. L’absence de poils et la manière dont ils sont ôtés contribueraient à augmenter les risques de contracter une maladie infectieuse. 

Il faut savoir que les poils ont leur raison d’être. Ainsi que les cils sont utiles pour empêcher les saletés d’entrer dans les yeux, les poils sur la peau constituent une barrière de sécurité. Tout autant pour les narines que le maillot. En optant pour l’épilation intégrale, on brise cette barrière qui protège contre les infections, qu’elles soient batériennes, urinaires, ou autres. 

“Les poils sont une barrière. Les retirer facilite la pénétration des infections”, a indiqué le gynécologue Jean-Marc Bohbot sur France TV Info,  ajoutant que “chez les femmes épilées, le risque d’attraper (…) de l’herpès, la syphilis ou des condylomes est multiplié par 2,6. Même pour des infections (…) comme les chlamydias, le risque est multiplié par 1,7. (…) Ainsi que des infections de type viral, comme le papillomavirus, responsable du cancer du col de l’utérus”. 

Laisser un commentaire