Line Renaud, alcool, fornication, s*x-tape, avortement, des secrets embarrassants révélés au grand jour !

0
1210

La célèbre actrice et chanteuse Line Renaud, élue personnalité la plus optimiste a accepté de se livrer en toutes transparences, récemment, sur les épreuves douloureuses auxquelles elle a été confrontée durant sa vie. Malgré son sourire à toute épreuve, elle reste traumatisée par certains faits et notamment, son désir d’enfant qui n’a jamais été comblé. Ce vide, elle parle souvent lors de ses interview. Sans donc sans équivoque, qu’elle est revenue sur son éducation, ses désirs les plus profonds et ses premières expériences en tant que femme.

« J’ai été une jeune fille honteuse lors de la première relation se-xuelle. et, plus tard, qui a avorté dans des conditions effroyables. Je n’ai pas pu devenir mère, un manque jamais comblé. J’ai connu, pendant dix ans, un amour adultère magnifique et compliqué… Mais l’homme de ma vie est resté celui que j’ai aimé à 17 ans et épousé : Loulou Gasté. Il l’est au-delà de sa mort, en 1995. Notre couple indestructible est peut-être ma plus grande réussite. », a-t-elle confié lors d’une interview accordée au magazine ELLE.

Avant d’ajouter :  » Pourtant, tout n’avait pas très bien commencé. Il me déshabilla comme on plume un poulet. Il m’a invitée à dîner puis à danser un slow dans un night-club. A la fin, il m’a embarquée sur sa moto. Le lendemain, il ne devait pas être très fier, mais nous avions cédé tous deux à une pulsion. A ma honte s’ajoutait la trouille affreuse d’être enceinte. Et comment me comporter quand j’allais retrouver ma mère ? Sur mon visage, elle devinerait tout.

La célèbre star a avoué avoir longtemps lutté contre son addiction à l’alcool lorsqu’elle vivait à Las Vegas. « Tout était déraisonnable, là-bas. Je vivais dans un tourbillon, passant de dîners en fêtes. J’abusais un peu des cocktails mais jamais avant d’entrer en scène. Pas comme Jane Russell, la célèbre actrice des années 50, devenue chanteuse. Dès 11 h du matin, quand elle venait dans ma piscine, elle nageait sur le dos d’un seul bras, en tenant de l’autre un verre de vodka ! Je n’ai pas aimé perdre le contrôle de moi-même à cause de l’alcool et j’ai su réagir », a-t-elle confié.

Son désir d’enfant qu’elle n’a pas su comblé la ronge encore aujourd’hui.  » Enceinte à 18 ans, je ne pouvais assumer cette grossesse. Ma grand-mère ne me l’aurait pas pardonné, elle qui avait été fille mère à 17 ans et en avait tellement souffert. Tout comme ma mère, née de cette « faute ». Et Loulou ne souhaitait pas être père. Tout est noir dans mon souvenir : la pièce où je m’allonge, la vieille femme qui fourrage dans mon ventre avec une aiguille à tricoter. J’ai failli mourir d’une septicémie, et là, Loulou pleurait, me demandait pardon, me jurait qu’il m’aimait et ne pourrait plus se passer de moi. Malgré l’horreur, j’étais heureuse d’entendre les mots espérés. Plus tard, j’aurais voulu adopter un bébé. Loulou a toujours refusé. ».

Si Line Renaud a évoqué tous les sujet, elle n’est pas revenue sur la rumeur colporté par le magazine people satirique Trance Dimanche, qui reprend les mêmes codes couleurs que la publication France Dimanche et qui a révélé l’existence d’une ‘se-tape’ de Line Renaud. Toutefois, aucune preuve n’est apportée à cette allégation qui semble peu crédible. Une information qui est donc à prendre avec de grosses pincettes.

Laisser un commentaire