Loretta Denaro troublée par l’attitude de Christophe Dominici le jour du suicide

0
171

Durant l’entretien qu’elle a accordé à Paris Match, la veuve de Christophe Dominici a refusé d’admettre la thèse du suicide.

Le magazine a réalisé un dossier sur le drame survenu le 24 novembre dernier au parc Saint-Cloud où le corps sans vie de Christophe Dominici a été retrouvé. Selon l’hebdomadaire, l’ancien champion de rugby «a fait une heure et demie d’allers-retours le long d’un parapet qui surplombe, 10 mètres plus bas, les bâtiments désaffectés de la caserne Sully». Pour Paris Match, il semble évident que l’ancien joueur de rugby a réfléchi tout ce temps avant de passer à l’acte.

Sa dépression suite à l’échec auquel il a été confronté durant l’été l’ayant emporté sur la raison. Seulement, dix jours après sa disparition, son épouse, Loretta Denaro, «ne comprends pas » et se refuse à admettre la thèse du suicide. L’ancien rugbyman doit être enterré aujourd’hui à Hyères dans le Var, auprès de sa sœur aînée, décédée toute jeune. Le 2 décembre s’est déroulée la cérémonie religieuse au cours de laquelle sa fille aînée a pris la parole, exprimant combien son «papa d’amour » lui manque alors qu’elle a encore «besoin de lui».

Auprès de Paris Match à qui elle a accordé une interview entre les deux cérémonies, Loretta Denaro est revenue sur le jour de la disparition de son conjoint, mais aussi la tentative de reprise échouée du club de rugby de Béziers cet été, qui d’après différents témoignages, a énormément affecté Christophe Dominici. Elle continue de rejeter la thèse du suicide.

« Il n’a pas dormi pendant quinze jours, il était dévasté, mais pas au point de commettre un geste désespéré. Ce n’est pas possible, il avait trop de vie en lui pour faire ça (…) Tout allait bien. Les travaux de notre maison en construction à Sèvres avançaient, on avait plein de projets, les filles allaient bien. C’est impensable ! », affirme-t-elle.

Le jour de son décès, assure-t-elle, il n’y a aucun soupçon de malaise. « Quand il est parti ce matin-là, il n’a fait aucun geste étrange, il ne m’a lancé aucun regard particulier, il n’a pas plus embrassé ses filles que d’habitude. Je ne comprends pas, je ne comprends pas. Il voulait protéger tout le monde, ses parents surtout, mais moi, j’étais toujours là, je voyais ses peines, je connaissais tout. C’est impossible, impossible »

Pour la maman de Kiara et Mya, Christophe Dominici ne ressemble pas du tout au portrait qu’a peint de lui la presse. « Depuis sa mort, les médias décrivent un homme désespéré, mais il était enthousiaste, malicieux et généreux, c’est cela dont je voudrais que les gens se souviennent », a affirmé celle qui partageait la vie de l’ancien rugbyman depuis 2007.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici