Lourdes accusations d’antisémitisme, la Gauche claque la porte de l’Assemblée

0
139

Les députés de gauche n’ont pas caché leur colère lors des traditionnelles questions au gouvernement, suite aux attaques d’Eric Dupond-Moretti et Elisabeth Borne. 

Ce mardi 2 août, l’Assemblée nationale croulait déjà sous une grande tension en raison des débats législatifs intenses qui s’y déroulaient. Ca n’a pas convaincu Eric Dupond-Moretti de tempérer ses propos. Tout au contraire, il a aggravé la température. « Un petit mot pour l’extrême gauche… »

Le garde des Sceaux, qui a confirmé sa présence à la commémoration des 40 ans de l’attentat delarue des Rosiers le 9 août prochain, répondait au député Les Républicains, Meyer Habib, qui a fustigé un « nouvel antisémitisme toujours présent en France, notamment à la gauche de cet hémicycle, avec les islamogauchistes ».

Le ministre de la Justice, lui, s’en est pris à « l’extrême gauche ». « Corbyn, l’apartheid, les mots que vous avez choisi pour commenter le discours du président de la République, ces mots-là vous collent à la peau ! « , a-t-il lancé  tourné vers les sièges de la NUPES, en particulier ceux de la France insoumise. 

Ce discours a fortement irrité les élus de gauche, incitant la grande partie d’entre eux à quitter l’hémicycle, comme le montre une vidéo qui a été relayée. Eric Dupond Moretti s’attaquait particulièrement à la présence de Jeremy Corbyn, l’ancien leader travailliste près des candidates LFI durant la campagne des législatives, ainsi que les textes polémiques relatifs à Israël, qui proviennent des communistes. 

Meyer Habib a parlé quant à lui d’une « résolution immonde de 37 députés Nupes », qui désigne d’après lui une « haine des juifs et Israël ». La proposition de résolution paraphée par une quarantaine d’élus de gauche a été lancée par Jean-Paul Lecoq. Elle condamne le « régime d’apartheid » d’Israël opposé aux Palestiniens. 

D’autre part, il s’agit d' »un régime institutionnalisé d’oppression et de domination systématique par un seul groupe racial », ayant causé la polémique et entrainé la condamnation de plusieurs associations. Quelques heures plus tard sur le plateau de BFMTV, Israël « n’avait rien à voir avec un régime d’apartheid », selon lui. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici