Marie-Sophie Lacarrau,  rendez-vous médicaux quotidiens, une infection très dangereuse

0
53

Lors de l’interview qu’elle a accordé à Télé 7 jours, Marie-Sophie Lacarrau s’est confiée sur l’infection oculaire qui l’a maintenue loin du JT de 13 heures de TF1 durant plusieurs mois. 

De retour à son poste alors que ses détracteurs affirmaient qu’on ne l’y verrait plus, Marie-Sophie Lacarrau se dit heureuse de retrouver la lumière des plateaux. « Ces cinq mois ont été difficiles. Ca a été un coup d’arrêt brutal et un saut dans l’inconnu. Heureusement, il n’y a pas eu d’errance thérapeutique », a affirmé la journaliste. 

Son diagnostic réalisé par le professeur Eric Gabison, de la Fondation ophtalmologique Rothschild, révélait une kératite amibienne, une rare infection de la cornée. « Le risque de perdre la vue était réel. C’était curable, mais la guérison prend du temps », a ajouté la présentatrice du JT de 13 heures de TF1. 

Marie-Sophie Lacarrau n’était pas seule durant cette période. La maman de deux enfants était entourée de ses proches, les membres de sa famille, mais aussi ceux de l’équipe du 13h. « Je me suis jetée dans la bataille, de toutes mes forces. Je ne ressens plus de gêne, mais je suis sous surveillance médicale stricte », a-t-elle expliqué. 

Cette épreuve a aussi apporté un changement dans la vie de la journaliste. « Mais je ne veux pas m’apitoyer sur mon sort. Il y a des malades qui luttent pour survivre. Je savoure le bonheur d’avoir retrouvé une vie normale: je peux à nouveau sortir, faire les choses du quotidien, ne plus vivre dans le noir », a affirmé Marie-Sophie Lacarrau. 

Durant son arrêt maladie, ses deux fils ont joué un rôle important. Marie-Sophie Lacarrau s’est raccroché « au rythme de l’école des enfants ». « Il fallait, malgré tout, se lever pour les voir avant qu’ils partent, être là à midi quand ils rentraient, si c’était le cas, et en fin de journée aussi », a-t-elle relaté. 

Le jour de sa reprise, la journaliste était « super impatiente » comme elle a expliqué dans les colonnes de Télé Star. « Dès six heures du matin, quand mon réveil a sonné, j’aurais pu y aller direct! C’était mon jour J, ma rentrée de classes. Il y avait du manque! Nous avions été plusieurs à imaginer que ce journal allait être celui des retrouvailles et ce fut le cas », a indiqué la présentatrice du 13 heures. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici