Marlène Schiappa partage son secret bien gardé sur Europe 1

0
241

La ministre déléguée chargée de la citoyenneté était l’invitée d’Isabelle Morizet dans son émission sur Europe 1 ce dimanche 4 octobre. Après avoir longtemps été soupçonnée d’avoir écrit plusieurs livres à caractère sexuel, Marlène Schiappa vient d’avouer au micro d’Europe 1 avoir publié plusieurs livres érotiques.

La jeune maman de deux enfants a dû répondre à plusieurs questions sur sa carrière d’écrivain. La journaliste précise « j’ai compté 28 livres sous le nom de Marlène Schiappa » avant de parler d’autres livres écrits sous le pseudo Marie Minelli : « Marie Minelli, d’une fantaisie coquine, totalement décomplexée ». Certains livres ont été écrits sous ce pseudonyme tandis que d’autres semblent avoir été co-écrits avec d’autres auteurs.

La militante féministe, toujours prête à défendre son point de vue et sa position de femme forte, a donc eu une véritable carrière d’écrivain avant d’entamer sa carrière politique. Sous son vrai nom, Marlène Schiappa publiait en 2010 « Osez l’amour des rondes », un ouvrage qui donne des conseils à l’ensemble des femmes pour qu’elles assument pleinement leur corps, en toute situation. 

Sous son pseudonyme Marie Minelli, la femme politique publie en revanche des livres aux titres beaucoup plus explicites comme « Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours », « Sexe, mensonges et banlieues chaudes » ou encore « Osez les sexfriends ». Questionnée sur les différentes rumeurs qui courraient depuis un petit moment, Marlène Schiappa a finalement décidé de révéler la vérité sur sa carrière d’écrivain. C’est ensuite qu’elle a évoqué deux de ses livres nommés « Osez la première fois » et « Osez l’orgasme féminin » avec pour description sur la quatrième de couverture « 101 trucs infaillibles pour jouir et jouir encore ». Des ouvrages qui ont été écrits alors qu’elle était déjà au gouvernement et qui avaient fait l’objet de nombreuses rumeurs. 

Ces différents livres sont l’occasion pour la militante d’essayer de « changer le regard de la société sur le rapport des femmes à la sexualité ». Si elle s’attend à de vives critiques de la part de ses détracteurs, elle ne reste pas moins fière du message véhiculé. En tant que femme, et avec la visibilité dont elle dispose, il est de son ressort de faire passer des messages aux jeunes filles, dont l’éducation sexuelle n’est pas toujours au point. 

Laisser un commentaire